~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Sam 27 Aoû 2011 - 23:25

    ~ Dimanche 14 Avril 2013 –

    Depuis quelques mois déjà, Ludmila avait pour objectif de fonder son propre cabinet de psychologie. Depuis quelques mois, la jeune femme – reconnue pour son talent et ses capacités d’adaptation face aux propositions qui lui avaient été faites depuis son arrivée à New-York – préparait donc les bases de ce projet, jusqu’à finalement atteindre ce stade de décision, pour le moins déterminant quant à la suite de sa carrière. Tout était prêt. Les papiers nécessaires à ce projet, les personnes à contacter, etc. Ne restait plus que l’achat d’un local, ainsi que – justement – à commencer les entretiens d’embauche, afin de constituer une équipe correspondant à ses attentes. Ce projet bien ambitieux semblait alors petit à petit prendre forme, Ludmila cherchant en ce jour à contacter les psychologues qu’elle avait d’ores et déjà présélectionnés, afin de leur proposer cette coopération, et de déterminer ainsi avec eux une date de première rencontre. Evidemment, Dominura avait été mise au courant de ces préparations, la jeune psychologue travaillant par ailleurs dans l’atelier de cette dernière, où avait été installé son bureau, dès son aménagement en cet appartement.

    Consciente que ce nouvel engagement l’obligerait à passer davantage de temps éloignée de sa famille, Ludmila préférait néanmoins ne pas trop songer à ce point négatif, estimant qu’il lui fallait à tout prix retrouver une activité professionnelle, avant de tomber dans un oubli certain, qui pourrait lui être fatal. Son travail à l’université, ne lui apportait rien, sinon l’argent nécessaire au loyer, aux dépenses quotidiennes. Sa réputation – approuvée par la célèbre Meredith Defraway – se voyait petit à petit s’éloigner, mise à défaut par l’intérêt qu’attisait son couple. Les photos ? Bien qu’appréciant toujours ces séances qui pour elle n’étaient que pur loisirs, la jeune Russe semblait consciente, qu’il n’était pas bon pour elle, de s’y attarder à de trop nombreuses reprises. Son physique ne devait pas, prendre la part sur ses capacités intellectuelles.

    Hop,
    Hop.

    Refermant doucement l’un de ses classeurs, Ludmila le repoussa simplement sur un côté de son bureau, laissant un léger soupir s’échapper d’entre ses lèvres. Bien que se gardant bien de le montrer, la jeune femme angoissait terriblement, quant à ce projet. Et si, cela ne fonctionnait pas ? Et si sa réputation, ne suffisait pas, à attirer ses patients ? Elle n’avait pas le droit, de se tromper. Ce cabinet était pour elle un investissement non négligeable, qui – en cas de faillite – pourrait la mener de nouveau à de sérieux problèmes d’argent. Et bien sûr, il était tout à fait hors de question de laisser Dominura subvenir seule, au besoin de leur famille. Ainsi Ludmila en venait-elle forcément à douter de ses capacités à assumer de telles responsabilités, craignant de ne pas être à la hauteur, de gâcher définitivement ses chances, et toutes ces exagérations qui – finalement – n’étaient que pure fantasme craintif.

    -

    Ramenant son ordinateur portable à elle, Ludmila passa finalement une main dans ses cheveux, se préparant alors psychologiquement à appeler ses premiers collègues. Une nouvelle angoisse montait, à l’idée qu’aucun de ces derniers, ne soient intéressés quant à cette proposition. Finalement, un sursaut vint trahir son stress, lorsque son téléphone vint à se mettre à sonner. Etouffant un souffle de surprise, la jeune femme se redressa sur sa chaise, prenant vivement l’appareil, qui indiquait alors un appel privé. Tentant tant bien que mal de calmer les élans excessifs de son cœur, la jeune femme se leva finalement, tout en répondant donc à cet appel.

    Tic
    Tac

    Absente de l’atelier durant quelques minutes – ne souhaitant pas déranger Dominura en y parlant de vive voix – la jeune femme y revint finalement bien vite, plus troublée encore qu’elle ne l’était précédemment. Se laissant tomber sur la chaise de son bureau, la jeune femme reposa son téléphone, passant un instant ses mains sur son visage, en un soupir nerveux. Cet appel, provenait du Defraway’s. Cet appel, était une proposition d’embauche, tout aussi rassurante, qu’intéressante. Alors ? Alors, Ludmila doutait. Plus forte que sa raison, son angoisse face à ce choix nouveau, emportait son cœur en de terribles élans. Bien que consciente que son projet soit pour elle l’occasion d’être plus indépendante et de faire à nouveau ses preuves, Ludmila ne pouvait que songer sérieusement à cette proposition, qui sans doute lui assurerait bien plus de sécurité.

    Meredith avait fait appeler son assistant, pour lui proposer, d’être Directrice de la rédaction de la rubrique psychologie, de son très célèbre magazine. Pour y avoir déjà participé, Ludmila savait, tout ce que cela pouvait représenter. Une offre pour le moins alléchante, qui lui ouvrirait à nouveau les portes d’un monde privilégié, bien qu’étrangement lointain quant à ses plus profonds principes. Au fond, ce monde l’intriguait, oui. Mais finalement, son choix n’avait rien à voir, avec tout cela.

    Tentant donc tant bien que mal de s’apaiser, Ludmila ne pu contenir davantage ses propres doutes, consciente qu’il lui fallait avant tout en discuter avec la femme qui partageait sa vie. Ainsi – ses mains restant sur son visage un instant – Ludmila laissa entendre, sachant que sa compagne était toujours dans la pièce, plongée dans son propre travail, tandis que leur petit garçon quant à lui était endormi :

    - Dominura… ?

    Bien peu sûre d’elle sur ce coup, Ludmila savait – au fond – que cette remise en question de son projet, pourrait ici sembler quelque peu étrange. Mais ici terriblement attirée par la notion de sécurité que lui proposait Meredith, la jeune Russe ne pouvait s’empêcher de douter, comme d’ores et déjà prête à laisser tomber des mois de travail, pour retrouver un instant de paix intérieure, quant à son avenir.

    Ainsi continua-t-elle, laissant entendre les faits, simplement :

    - Le Defraway’s me propose d’être directrice de rédaction…


    Restant quelque peu figée sur son bureau, Ludmila laissa finalement son visage retrouver l’air libre, l’une de ses mains passant dans ses cheveux. De ces quelques mots, la jeune femme semblait ici comme attendre une certaine approbation, une désapprobation, ou seulement quelque chose, qui lui permettrait, de ne pas prendre cette décision, mais plutôt d’en céder les droits. Terrifiée à l’idée de faire de mauvais choix, Ludmila semblait ici – inconsciemment – vouloir trouver un certain réconfort, une aide, de la part de Dominura. Cette femme en qui elle avait terriblement confiance, et qui – de son côté – avait toujours fait de très bons choix professionnels.

    Ce cabinet privé, représentait un tel risque.
    Et cette proposition… Lui assurait la sérénité, pour elle, pour sa famille.

    Je ne sais plus quoi faire.
    Dois-je tout abandonner ?
    Dois-je rejeter cette offre, continuer ?

    Bam
    Bam




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Dim 28 Aoû 2011 - 0:27

    ~ Cela faisait quelques temps déjà que la grande femme avait terminé sa petite épopée à travers les librairies de la ville, commençant à retrouver, petit à petit, l'intensité de sa créativité ainsi que son caractère quelque peu particulier. A vrai dire, Dominura ne s'abandonnait pas vraiment à une personnalité orgueilleuse, mais semblait alors se parfaire dans une renaissance avec son caractère propre, celui que Ludmila lui connaissait, comme étant une femme de feu et d'ardeur, purement élancée dans ses multiples projets. Cela, finalement, était très beau à voir, puisque le manque d'énergie de la grande femme n'avait pu que créer quelques soucis supplémentaires dans ce charmant couple, tout autant que dans cette adorable petite famille d'un statut pour le moins étrange. Retournée à ses Illustrations, la belle française s'occupait alors de ses multiples nouvelles commandes de la part de ses éditeurs, ne lâchant sa création que pour s'occuper de sa conjointe, tout autant que son petit garçon, les deux personnes qu'elle chérissait plus que tout autre au monde. Conciliant ainsi à la perfection sa vie de famille et son travail, Dominura semblait alors avoir retrouvé une certaine stabilité d'esprit, ne se perdant plus réellement en excès, que ce soit d'un côté ou de l'autre. Tout, alors, semblait aller pour le mieux dans sa vie, tandis que l'annonce de sa maladie paraissait désormais bien lointaine, comme d'un terrible et incroyable cauchemar, délaissé pour les plaisances de cette vie nouvelle.

    Renaissance.
    Oui, cela était le mot.

    ~

    La grande femme, en ce jour, était à son bureau, encrant tranquillement l'une de ses Illustrations dans l'optique d'en faire une mise en couleur rapide. Edan, était couché depuis quelques temps déjà, et le babyphone présent dans l'atelier n'avait rien présenté de mauvais, promettant alors au jeune couple quelques bonnes heures de calme devant lui. Tout aussi apaisée que sereine, la belle Française laissait donc filer sa plume sur le papier, chantonnant très simplement quelques airs murmurés, sans pour autant prendre le pas sur le doux silence de la pièce. Consciente du projet de Ludmila quant à la création de son propre cabinet, la trentenaire laissait donc cette dernière travailler sur son ordinateur, à quelques mètres d'elle seulement, n'ayant d'ailleurs pas manqué de lui afficher sa magnifique fierté quant à l'exécution de cette nouvelle vie, qu'elle approuvait pleinement. Un cabinet, rien qu'à elle ? Évidement, cela sonnait comme étant une merveilleuse idée, Ludmila pouvant alors appuyer sur ses compétences en tant que psychologue, en dehors du cadre de l'Université. Que demander de plus ? Elle travaillerait sans doutes beaucoup, certes, mais cela ne pouvait qu'être bénéfique pour son bien-être intérieur, n'est-ce pas ?

    Et c'était, tout ce qui comptait.

    Au coup de téléphone que reçut la jolie blonde, il aurait été mentir que d'affirmer un quelconque renfermement de la part de Dominura. Au contraire, elle avait levé la tête, délaissant un instant sa plume afin de suivre de ses yeux vert sombre le mouvement de Ludmila. Afin de ne pas la déranger, d'un bon sentiment, cette dernière ne tarda pas à quitter l'atelier, Dominura n'y trouvant absolument rien à redire, la gratifiant seulement d'un sourire. Les minutes qui suivirent, elle se remit simplement au travail, retrouvant alors ses airs concentrés qui lui siégeaient à merveille, définissant bien son caractère sans détours.

    ~

    Quelques instants passèrent, avant que Ludmila ne regagne la jolie pièce, bercée d'une odeur de peintures et de diluants. Bien que ne relevant cette fois pas la tête immédiatement, bien trop prise dans ses occupations pour se permettre d'abandonner son Illustration toutes les cinq minutes, la grande femme ne manqua cependant pas de sentir une aura quelque peu différente que celle qui avait enveloppé l'atelier avant le départ de la jeune psychologue. Cette dernière ayant regagné son bureau en un soupir nerveux, Dominura, dans sa concentration, les lèvres serrées, fronça quelque peu les sourcils, avant d'entendre la voix peu assurée de son adorable conjointe.

    Dominura ?

    Relevant finalement la tête, sans pour autant se retourner, la grande femme se permit une nouvelle pause, tentant de calmer cette vive impatience qui s'était emparée d'elle, sans pourtant une once d'énervement, tandis qu'elle reposait sa plume.

    Quoi,
    Quoi, qu'est-ce qu'il y a Ludmila ?
    J'entends, à ta voix, que tu es troublée.
    Mais à quel sujet, exactement ?

    Ce fut lorsque Ludmila rajouta quelques propos, sur le ton de l'annonciation, que la réaction de la grande femme fut la plus forte, comme davantage en accord avec son caractère bien trempé. Le Defraway's lui proposait d'être directrice de rédaction ? Directrice, de rédaction ? Pardon ? Se redressant alors, la grande femme fit pivoter sa chaise vers son aimée, haussant les sourcils tout en fronçant son regard d'un sérieux plutôt tranchant. Comme si elle n'arrivait pas à y croire, comme si cela pouvait mettre en doutes tous les projets, si beaux et si prometteurs de sa conjointe, Dominura laissa filer sa voix en un élan sans doutes un peu rude, mais soucieux :


    « ~ C'est une blague ? »

    Son regard, se perdait alors dans celui de Ludmila, sans qu'elle n'y laisse voir de détours. Qu'est-ce que tout cela voulait dire ? Qu'elle désirait accepter le poste, oublier son but premier, ce qui ne pourrait que l'élever intellectuellement et sur le plan social ? Il en était absolument, hors de question.

    Elle avait besoin, de savoir.
    D'avoir, d'autres informations.

    Que veux-tu dire, Ludmila ?
    Que veux-tu me dire, exactement ?
    Je ne te laisserai pas faire.

    Crois-m'en bien, petit chat,
    Ne serait-ce que par amour pour toi,
    Je ne te laisserai pas te perdre dans de tels changements subits.
    Tu ne peux pas, faire ça.

    Bien que cela puisse t'accorder une nouvelle notoriété médiatique,
    Je ne te laisserai pas t'abandonner à ce genre d'activités,
    Tu vaux mieux que ça, Ludmila,
    Tu vaux, à mes yeux,
    Beaucoup mieux que ça.

    Maintenant,
    Montres-le au monde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Dim 28 Aoû 2011 - 11:48

    Ainsi troublée suite à l’appel téléphonique du Defraway’s, Ludmila n’avait donc pas tardé à faire part de leur proposition à sa compagne, cherchant sans doute en elle la réponse à ses propres interrogations. Au fond, sa peur de l’échec, la poussait tout droit à abandonner immédiatement son projet, pour céder à ce qui pourtant n’était pas une banale facilité. Etre directrice de rédaction, ne serait sans doute pas de tout repos. Connaissant bien le fonctionnement interne de l’élaboration de ce fameux magazine, la charmante psychologue se doutait bien qu’il lui faudrait alors passer la plupart de son temps au travail, sans doute bien plus encore que s’il elle parvenait à acquérir son indépendance dans ce cabinet privé. Mais plus que cela, cette offre lui donnait la chance de retrouver un certain statut, une profession qui ne risquait pas alors d’échapper à son contrôle. La sécurité financière et sociale, oui. Contre sa vie, contre son âme, certainement.

    Restant face à son ordinateur suite à l’annonce de cette nouvelle, Ludmila ferma un instant les yeux, sentant alors dans le mouvement de sa conjointe, comme une désagréable surprise.

    Est-ce une blague ?
    Oh je t’en prie, Trésor.
    Non, ça n’est pas une blague.

    Pinçant un instant ses lèvres entre elles, Ludmila resta un instant ainsi silencieuse, consciente alors que cette remise en question puisse être surprenante au regard de sa compagne, qui alors semblait si enthousiaste, quant à la création de ce cabinet privée. Serait-elle déçue, de voir la jeune psychologue changer d’avis ? Peut-être bien, oui. Par ailleurs, Ludmila ne manquait pas d’en être consciente, ne pouvant malgré tout s’empêcher de réfléchir sérieusement à la proposition du Defraway’s. Il leur fallait en discuter, oui. Et sans doute lui faudrait-il faire face, maintenant, à ces doutes qui la prenaient alors. Un instant, et Ludmila se força finalement à faire à son tour tourner son siège, son regard vrillant dans les magnifiques yeux verts de sa compagne.

    Face au sérieux tranchant et quelque peu troublant que lui adressait alors son aimée, Ludmila se sentie un instant défaillir, ne sachant plus réellement ce qu’elle souhaitait. Finalement, ne serait-il pas plus simple, de faire comme si cet appel n’avait seulement pas eu lieu ? Non. Ou bien, oublier ce projet ? Non. Il fallait faire un choix, véritable. Il ne fallait pas, avoir à le regretter. Visiblement, Dominura ne semblait pourtant pas réellement apte à discuter de cette nouvelle proposition, sans doute aberrante à ses yeux. Car cela l’était, oui. Retourner travailler pour ces tyrans – en devenir un elle-même, dans ce cas-ci – était sans doute, de la pure folie. Et pourtant. Pourtant, Ludmila doutait, plus encore, tandis qu’elle sentait sa compagne d’ores et déjà prête à s’emporter, de cette aura pour le moins oppressante, tout à coup.

    Bam
    Bam

    Son regard scrutant celui de sa belle, sans pourtant y trouver le réconfort qu’elle y cherchait en l’instant, Ludmila pinça légèrement ses lèvres entre elles, avant de laisser un vague soupir nerveux s’en échapper, doucement. Finalement, elle ne tarda pas à laisser de nouveau entendre le son de sa voix, consciente qu’il lui fallait alors développer le fond de sa pensée :

    - Et bien… J’imagine qu’accepter leur proposition serait plus… sûr ?

    Pas plus simple, non. Plus rassurant, sécuritaire, oui.

    Pouvait-on réellement lui reprocher, d’avoir peur de l’échec ? Ce cabinet était un tel risque, pour sa carrière. Si cela ne fonctionnait pas, Ludmila aura sans doute tôt fait de s’endetter, jusqu’à finalement être forcée à vendre. Alors, personne ne chercherait plus à l’embaucher, n’est-ce pas ? Songeant à l’enfer que pourrait alors devenir l’élaboration de ce cabinet privé, la jeune femme ajouta, visiblement troublée, nerveuse, mais également gênée, puisqu’elle connaissait finalement d’ores et déjà l’avis de sa belle à ce sujet :

    - Je n’sais pas… Je ne sais plus, ce qu’il y a de mieux.

    Se levant finalement tout en passant nerveusement l’une de ses mains dans ses cheveux, Ludmila semblait ici prise d’une certaine impatience, ses sourcils se fronçant d’une contrariété liée au doute. Qu’allait-elle faire ? Là était bien la question. Se rapprochant ainsi de la fenêtre de l’atelier, la jeune femme laissa son regard vriller vers l’extérieur, réfléchissant encore et encore à ce qui pourrait être le mieux pour son propre avenir, tout comme pour celui de sa famille toute entière. Oh, sans doute n’aurait-elle pas hésité, s’il n’y avait pas eu Edan, Dominura. Seule, Ludmila aurait fondé son cabinet, sans réelles craintes. Mais maintenant ? Il lui fallait songer aux conséquences de ses actes, et cesser, de n’en faire qu’à sa tête. Le risque l’attirait, égoïstement, tout autant qu’il l’effrayait, lorsqu’elle songeait à son enfant, à ce qu’il pourrait un jour subir, par sa faute. Et puis… Dominura ? Elle ne pouvait pas, vivre à ses dépends, si le cabinet ne fonctionnait pas.

    Bam
    Bam

    Je ne sais pas quoi faire, Trésor.
    Je sais, que le Defraway’s, me prendrait tout mon temps, toute mon énergie.
    Mais n’est-ce pas le prix à payer, pour assurer mes arrières ?

    J’ai peur, de prendre de mauvaises décisions.
    J’ai peur de tout gâcher, de tout perdre.

    Sais-tu seulement, ce que cette réputation, m’a déjà coûté ?
    Je n’étais rien. Je suis partie, de rien.
    Et pour rien au monde, je n’aimerai y revenir.

    ~

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Dim 28 Aoû 2011 - 15:48

    ~ A vrai dire, si la grande femme en cet instant n'était pas au bord de la réelle colère, son sérieux ne pouvait qu'être transcendant, de son côté, lui donnant comme l'allure d'un terrible juge, tyran du libre arbitre. Les questions, semblait alors tourbillonner dans son esprit, tandis qu'elle ressentait, petit à petit, une certaine panique l'emporter sur sa raison, tant dans son cœur que dans son corps. Ludmila avait-elle réellement l'intention de céder à cette proposition, sans trouver de plus amples égards pour ses projets, sur lesquels elle avait pourtant travaillé de longues heures durant, jusqu'à contacter quelques psychologues et collègues potentiellement intéressés par l'ouverture d'un cabinet ? Elle avait tant travaillé. Elle s'y était donnée, tant et tant, jusqu'à même s'oublier, sans toutefois délaisser sa famille. Elle avait cherché un emplacement, une location, le lieu parfait pour la mise en forme de ce projet conséquent. Et puis... Tout le reste ? Non, cela était impossible. Bien que cherchant au plus profond de son être, Dominura n'arrivait décidément pas à se faire une raison, n'arrivant sans doutes pas bien à cerner l'étendue des doutes qui s'étaient emparés de sa jeune conjointe. Était-elle juste assez naïve pour croire que ce poste au Defraway's la porterait plus loin ? C'était ridicule. Ludmila n'était pas faite pour écrire. Elle ne pouvait pas simplement s'abandonner à la direction d'une section de ce magazine, bien que prestigieux. Elle s'y perdrait, jusqu'à son âme, cela en était certain.

    Et puis... Direction, voulait bien dire qu'elle n'écrirait pas elle-même, c'en était certain. Elle ne serait, que le pion de Meredith, la figure emblématique de cette prestigieuse revue, et aurait alors une place d'entremetteuse, à son tour, sans plus toucher à ce qui lui allait si bien. Elle ne pouvait pas, se permettre d'abandonner la psychologie, dans laquelle elle excellait, pour le vague plaisir de contrôler quelques pauvres journalistes et chroniqueuses, n'est-ce pas ? L'idée même, semblait dépasser Dominura, qui ne comprenait plus réellement la situation, quelque peu dépassée par les évènements.

    Tu ne veux pas que la gloire, n'est-ce pas Ludmila ?
    Ce n'est pas ton objectif, que d'être celle qui portera à bout de bras tout une section d'un magazine, juste pour le plaisir de contrôler les faits et gestes des personnes qui seraient sous ton emprise.
    Tu cherches, bien mieux que cela, rassures-moi ?
    La femme que j'aime, la femme que j'ai aimé, avait assez d'esprit,
    Pour pouvoir vivre de ses propres talents...

    Ne te dévoues pas, à cette terrible entreprise,
    Je t'en prie.

    ~

    Pinçant très sérieusement ses lèvres maquillées entre elles, la grande femme ne quittait désormais plus sa jeune et charmante conjointe du regard, comme ne semblant pas réellement la reconnaître. Alors, Meredith avait-elle réellement réussi à la lobotomiser, quitte à lui faire perdre ses valeurs ? Impossible. C'était impossible. Et si elle devait se mettre son aimée à dos pendant un moment afin de lui ouvrir les yeux...

    Eh bien elle le ferait.
    Oui, c'en était certain.

    ~

    Accepter cette proposition, serait plus sûr ?
    A ces mots, Dominura se redressa, comme si elle n'en croyait pas ses oreilles, ne portant pourtant aucun regard accusateur sur sa bien-aimée. Plus sûr, dans quel sens exactement ? Financièrement ? Non, elle ne pouvait pas s'y abandonner par facilité. Facilité, dans le sens, justement, de ce confort rassurant, bien évidemment, le poste qui avait été proposé à Ludmila ne relevant pas réellement en lui-même de la colonie de vacances. Bien consciente qu'elle ne pouvait pas reprocher à Ludmila d'avoir en elle cette crainte de l'échec, Dominura ne laissa rien entendre à ce sujet, plus par respect pour sa conjointe que pour ses propres convictions, bien qu'elle eut aimé lui hurler qu'il s'agissait là d'une peur enfantine, étant donné ses nombreuses qualités dont elle ne doutait pas un seul instant.

    Je crois en toi, Ludmila,
    Tu ne peux pas, abandonner tes projets aussi facilement,
    Je crois en toi, tu sais ?

    Alors que la belle blonde se relevait, suite à quelques paroles qui traduisaient parfaitement cette soudaine impatience emportée, Dominura dût se faire violence, et bien plus encore, pour ne pas céder à son tour à cette forme détournée de l'énervement et de la frustration. Elle ne savait plus, ce qui était le mieux ? C'était tout un monde !! Non, non, elle ne pouvait pas dire cela, elle ne pouvait pas même le penser ! C'était tout simplement aberrant. Se redressant à son tour, sans pour autant se lever comme l'avait fait son aimée, la belle française se retint tout juste de ne pas lever les yeux au ciel, ses joues abordant à présent une très légère teinte cramoisie, tandis qu'elle ajoutait, sans pourtant d'emportement déplacé, cherchant simplement à créer un déclic dans l'esprit de la belle Russe :


    « Bien sûr, que tu le sais ! Tu es talentueuse, intelligente, aimée, respectée... Et tu voudrais te rabaisser à un travail qui t'obligerait à écraser les autres, tandis que tu as toujours voulu aider ton prochain dans ton cabinet ?! »


    Pinçant ses lèvres, elle se fit à nouveau violence pour ne pas laisser filer un quelconque soupir qui aurait alors purement traduit son état d'incompréhension totale, ce qu'elle ne voulait pas faire subir à Ludmila, pour le bien de cette dernière. Se redressant une fois de plus sur son fauteuil, la belle Française clama alors, d'une voix claire :


    « Ton projet est sans doutes la plus belle chose que tu auras l'opportunité de faire dans ta vie, Ludmila, tu ne peux pas abandonner tout ce travail, du jour au lendemain, pour de la sûreté, toute aussi provisoire ! »

    Meredith Defraway's était bien connue, pour rapidement se décharger de ses délégués de production et d'encadrement, aussi talentueux et doués soient-ils. Cette femme, n'avait aucuns remords à briser la carrière de ses prochains, et, malgré ses immenses facultés, Ludmila n'aurait de cesse que de demeurer sur la sellette, sans doutes à son plus grand malheur.

    Elle ne pouvait pas.
    Elle ne pouvait, tout simplement pas.

    Je t'en prie, petit chat,
    Réfléchis-y, encore,
    Et pardonne donc mes mots,
    S'ils t'offensent,

    Je ne veux que ton bonheur,
    Peu importe la sûreté,
    Tu n'auras pas cette chance toute ta vie,
    Ce projet demeure entre tes mains,
    Amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Sam 24 Sep 2011 - 22:59

    Troublée par cette proposition pour le moins inattendue, Ludmila semblait donc ici douter de ses capacités à réussir à fonder le cabinet privé dont elle avait tant rêvé. Il lui fallait prendre une décision, rapidement. Accepter d’être le pion de Meredith – comme semblait le penser Dominura – et s’assurer ainsi de gagner bien assez d’argent pour subvenir à la moitié des besoins de sa famille, ou risquer de tout perdre, en réalisant ce projet pour le moins ambitieux. La peur de l’échec, la poussait à ici réagir quelque peu plus violemment, qu’elle ne l’aurait voulu. Voyant sa compagne se redresser en un sérieux effrayant, Ludmila cessa finalement de tourner en rond, se figeant près de son propre bureau, y appuyant nerveusement l’une de ses mains. Les joues de la talentueuse illustratrice trahissant son mécontentement quant aux doutes que pouvaient avoir sa compagne, cette dernière ne manqua pas d’en être davantage troublée, ne sachant trop si elle souhaitait se mettre en colère face à cette attitude bornée, ou simplement fondre en larmes, tant elle ne savait plus quoi en penser. Ainsi resta-t-elle seulement là, ses lèvres se pinçant nerveusement, ses sourcils se fronçant tant elle ne savait plus où elle en était réellement.

    Tu penses, que cette sureté, serait provisoire ? Peut-être, oui. Mais suis-je si talentueuse, que tu sembles le croire, Trésor ? Je n’ai jamais eu d’aussi gros projets. Je n’ai jamais fais mes preuves, en investissement. Tout semble si facile, pour toi. Toi, tu es talentueuse, intelligente et aimée. Tu n’as plus rien à craindre, quant à ta carrière. Et moi ? Je suis à ce tournant, qui ne me permet plus la moindre erreur.

    Bam
    Bam

    Le cœur battant à tout rompre sous l’emprise de ce stress nouveau, Ludmila fit néanmoins l’effort de prendre en considération les propos de la femme qu’elle aimait, consciente qu’elle ne pouvait finalement aller à leur encontre. Sa famille, lui importait plus que tout. Accepter l’offre du Defraway’s, sans même que sa conjointe ne lui offre son accord, était finalement hors de question. Mais comment, ne pas y réfléchir ? Tout lui semblait si compliqué, tout à coup. Ce cabinet, lui apporterait-il réellement, ce dont elle avait besoin ? Plus que ce poste qu’on lui offrait, sans doute. Préservant donc un instant le silence qui s’était installé depuis les dernières paroles de sa compagne, Ludmila laissa un vague soupir s’échapper d’entre ses lèvres rouges, cherchant tant bien que mal à clarifier son esprit.

    Fermant les yeux une seconde, la charmante blonde les rouvrit finalement sur son aimée, lui adressant une moue tout aussi adorable que désolée : Elle doutait toujours, oui. Mais comment résister, à la détermination que lui offrait ici la femme qu’elle aimait ? Consciente qu’elle s’emportait sans doute un peu trop suite à cet appel téléphonique, la jeune Russe se rapprocha finalement de Dominura, profitant du fait qu’elle soit restée assise sur son fauteuil, pour la rejoindre adroitement, s’installant sur ses genoux et passant ses bras autours de son cou. Dans son mouvement – tout aussi doux qu’emprunt de quelques tremblements nerveux – Ludmila laissa son visage glisser dans le cou de sa belle, y laissant glisser un nouveau soupir, avant de se ressourcer de son délicieux parfum. Un instant, et sa voix se fit entendre, en un murmure tendu, mais non moins reconnaissant des efforts que Dominura pouvait faire, sans doute pour son bien :

    - Et si ça ne marche pas…

    Marquant une courte pause, Ludmila continua, ses doigts venant glisser tendrement contre la nuque de cette femme qui lui était si précieuse, bien que parfois – comme en ce jour – assez impressionnante pour lui donner l’impression de n’être qu’une enfant, vulnérable :

    - Je ne veux pas, être un poids pour toi. Tu comprends ?

    Je ne veux pas vivre à tes frais.
    Je ne veux pas avoir à te demander de l’argent, comme cela est déjà arrivé, il y a quelques mois. Je ne pourrais pas le supporter, et crains que cela n’arrive, à nouveau.

    Mais je refuserai cette offre, si tu le souhaites.
    Je prendrai le risque de continuer mes propres projets, si tu crois en moi.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Mer 12 Oct 2011 - 18:45

    ~ Déterminée ? Oui, Dominura l'était, ne doutant pas une seconde des capacités de sa conjointe à créer son propre cabinet plutôt que de se laisser entrainer dans les terribles affres du monde du Defraway's. Comment Ludmila pouvait-elle un seul instant penser que cela pourrait lui être bénéfique, après tout ce qu'elle avait traversé ? Depuis des mois, elle avait évolué. Elle avait avancé, combinant sa vie de couple, son rôle de mère, ainsi que son ascension dans ses convictions personnelles. Ce n'était pas, vraisemblablement, le moment d'abandonner la partie, n'est-ce pas ? En tous cas, c'était ce dont Dominura restait persuadée, essayant de le faire comprendre à sa conjointe, quoi qu'il lui en coûte. Passerait-elle pour une méchante, une égoïste ? Elle ne le voulait pas, évidemment, et bien loin de là était sa pensée. Pourtant, s'il fallait passer par là pour faire comprendre à Ludmila qu'elle croyait en elle, la trentenaire était prête à le faire.

    Je crois en toi, mon Amour.
    En douterais-tu ?
    Douterais-tu, de toi-même ?
    Je ne peux pas le croire.

    Alors... Ecoute-moi, balaye tes sombres pensées, et, je t'en prie, fais-moi confiance. J'ai vu, tout le travail que tu as fait pour en arriver là. Tu as trouvé ton cabinet. Tes futurs acolytes ? Tu as besoin, de cet air nouveau, j'en suis convaincue.

    Alors que Ludmila se blottissait contre elle, son visage enfoui dans son cou, la grande femme sembla s'apaiser, elle qui s'était enflammée quelques instants auparavant, même si cela était pour le bien de la charmante demoiselle, qu'elle aimait tant et tant. Aux paroles de cette dernière, Dominura ferma les yeux un instant, un sourire invisible passant sur son visage pâle, tandis qu'une de ses fines mains passait dans les cheveux blonds de sa compagne. Et si cela ne marchait pas ? Que pourrait-il bien arriver, de toutes façons. Ludmila, de sa renommée mais également grâce à leurs fonds, ne pourrait que prendre un nouveau départ, n'est-ce pas ? Dans tous les cas, rien n'était perdu. Et si Meredith lui avait proposé un travail après ces années de trouble et d'absence, elle ne manquerait pas de réitérer sa demande, dans tous les cas, Dominura en était plus que persuadée, croyant sans doutes davantage en Ludmila que ce que cette dernière pouvait bien penser.

    Dominura était-elle impressionnante ?
    Peut-être, oui, aux yeux de Ludmila, et d'autant plus lorsqu'elle semblait si déterminée à faire passer ses émotions, ses ressentis, et ce qu'elle avait sur le cœur. Parfois, elle s'emportait. Un peu trop vite, peut-être, mais cela était son caractère, et la belle Russe le connaissait bien. En cet instant, elle n'avait pas manqué de se servir de cet emportement pour faire comprendre à sa moitié qu'elle croyait en elle, et qu'elle continuerait à le faire, quoi qu'il arrive.

    Ainsi, lorsque Ludmila continua, de cette voix chuchotée à la fois enivrante et adorable, son doux parfum embaumant leur étreinte tandis que ses doigts frais frôlaient la nuque de la belle Française, Dominura rouvrit les yeux, fronçant doucement les sourcils.

    Elle ne voulait pas être un poids.
    Elle ne voulait pas être un poids pour elle.

    Se défaisant de leur étreinte, doucement mais d'une allure et d'un élan déterminé, Dominura fit en sorte de se retrouver face à Ludmila, ses yeux d'un vert sombre impressionnant mais rassurant se perdant dans ses prunelles encore brillantes. Les sourcils toujours froncés, comme démontrant qu'elle pouvait parfaitement faire preuve d'une force qui pourrait leur être bénéfique à toutes les deux, elle pinça un instant ses lèvres, esquissant l'expression d'une moue faussement irritée, puis, passant ses mains sur les joues de Ludmila, soulignant ses propos, elle répondit, instantanément :


    « Ne sois pas ridicule, petit chat. Tu sais très bien qu'il ne peut pas être question de ça. Je ne pourrai qu'être enchantée de te voir t'épanouir dans ton propre cabinet~ »

    Rapprochant son visage du sien, elle déposa un baiser au coin de ses lèvres, avant de reprendre une distance raisonnable et complice à la fois, puis, haussant les sourcils, montrant qu'elle pouvait tout de même être ouverte aux choix propres de la seconde partie de son couple en qui elle avait une parfaite confiance, elle ajouta, calme et forte :

    « Mais si tu désires réellement voir de quoi il en retourne avec le Defraway's, va voir Meredith. Je suis certaine que tu feras les bons choix, après tout, tu es la concernée, hm ? »

    Offrant par la suite un fin sourire à sa belle conjointe, elle ajouta, d'un ton un tantinet plus léger, bien que gardant un parfait sérieux, digne de la situation quelque peu importante du moment :

    « Je t'aurai donné mon avis ♥ »

    Oh, je sais bien, que ma parole est bien loin d'être universelle.
    Tu le sais, autant que moi, n'est-ce pas ?
    Nos choix, n'ont pas toujours étés bons. Mais est-ce une raison pour douter, alors que tout se passe à merveille dans nos vies ?Tu ne peux pas, abandonner des mois de travail, pour un simple coup de téléphone.

    Tout, ne tient à présent qu'à toi.
    Mais tu le sais autant que moi,
    Tes choix seront toujours bons,

    Tant que nous nous battons ensemble,
    Pour cette vie que nous avons choisie, après tout,
    Terrible et magnifique à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   Mer 12 Oct 2011 - 19:38

    Tandis qu’elle se blottissait amoureusement contre sa conjointe, Ludmila ne pouvait s’empêcher de ce sentir en ces instants quelque peu enfantine, ayant tout simplement et terriblement besoin d’être rassurée. Dominura pouvait se montrer ferme, oui. Et lorsque cela arrivait, la jeune Russe se sentait souvent bien stupide, consciente de ses exagérations, de son manque de bon sens. Travailler de nouveau pour le Defraway’s, serait de la folie, vis-à-vis de leur famille, du temps, qu’elle pourrait lui accorder. Abandonner ce projet sur laquelle elle travaillait depuis des mois, serait tout simplement ridicule. Ainsi la jeune femme avait-elle sans doute besoin de cette fermeté de la part de sa compagne, ne pouvant cette fois-ci la prendre de manière négative : Dominura avait raison. Seulement, ses craintes la poussaient à douter, un instant.

    Se redressant quelque peu suite aux mouvements de sa belle, la charmante blonde pinça un instant ses lèvres entre elles, visiblement quelque peu gênée quant à sa propre attitude. Fort heureusement pour elle, Dominura était là, et avait la force et la maturité nécessaire, pour la rassurer. En aurait-elle fait de même, à sa place ? Rien n’était moins sûr. Ludmila avait tendance à s’emporter d’une manière bien plus colérique et enfantine, ayant parfois du mal à prendre du recul sur une situation donnée. Ainsi – quelque peu apaisée face à la détermination de son aimée – la jeune femme sembla ici lui accorder toute sa confiance, se reposant sur elle, sur ses mots, et ce sublime regard vert, qui à présent l’observait, intimidant.

    Comment ai-je pu douter de nous, de toi, par le passé ?
    Cette dernière année ne nous aura pas épargné. J’ai parfois cru ne jamais te retrouver, tu sais.
    Ne jamais retrouver ce regard, cette intensité, déterminée, courageuse.

    Peu m’importe que ton caractère puisse parfois me blesser : Je ne t’aime que davantage.

    Ainsi, Dominura ne craignait pas de voir Ludmila devenir pour elle une sorte de boulet financier ? Bien. Si cela pouvait rassurer un instant la principale concernée, elle n’en était pour autant pas moins craintive. Après tout, qui aurait avoué être indifférent à une telle situation ? La confiance qu’elle avait en sa compagne n’était en aucun cas remise en question ici, et pourtant, Ludmila savait pertinemment, que leur couple finirait par souffrir, si elle en venait à tout perdre, et à vivre au dépend de Dominura. N’était-ce pas inévitable ?

    Cela n’arriverait pas.

    Dominura s’approchant jusqu’à déposer un doux baiser au coin de ses lèvres, Ludmila ne pu contenir un fin sourire en coin, ses doigts se refermant tendrement contre la nuque de l’illustratrice. Son regard témoignant toujours de ses inquiétudes quant à ce sujet, la jeune Russe sembla pourtant très attentive à l’avis de sa compagne, ses yeux bruns se raccrochant à ses prunelles émeraudes, envoutantes.

    Elle pouvait toujours se renseigner quant à la proposition du Defraway’s ?
    Pourquoi pas, oui. Et pourtant, Ludmila n’était plus réellement sûre, de le vouloir. Elle souhaitait réellement, venir à bout de se projet. Ainsi – grâce à la détermination rassurante de sa compagne – la jeune psychologue prenait peu à peu conscience de ce qu’elle risquait à tout abandonner. Il y avait bien des risques, quelque soit son choix. Alors pourquoi tenter le diable, en acceptant de travailler de nouveau pour Meredith ? Mieux valait-il qu’elle poursuive son rêve, plutôt que de se gâcher quelques années supplémentaire, avec cette mégère.

    Bam
    Bam

    « Je t'aurai donné mon avis ♥ »

    Fondant littéralement face au sourire adorable de sa belle, Ludmila lui offrit le sien à nouveau, ses traits se détendant quelque peu, tandis que ses sourcils se haussaient d’une certaine malice. Ses mains venant glisser sur les joues de la charmante brune, la jeune Russe déposa sur ses lèvres un bref mais tendre baiser, avant de lui laisser entendre, visiblement conquise – comme au premier jour :

    - J’ai sans doute fait quelque chose de merveilleux dans une autre vie, pour mériter une femme aussi parfaite.

    Sans doute était-ce sa façon de la remercier, pour ce soutien indispensable. Dominura n’était pas obligée, de faire tant d’efforts, pour elle. Mais elle le faisait, et la jeune Russe le reconnaissait, aujourd’hui plus que jamais. Au fond, elle ne pouvait être plus heureuse, à présent. Bien qu’elle ait pu douter quant à son propre avenir professionnel, Ludmila avait ici été rassurée quant à sa relation avec Dominura, cette dernière ayant visiblement retrouvé toute sa force, perdue quelques temps, suite à sa grossesse.

    Je n’ai plus à m’en faire pour toi, n’est-ce pas ?
    Tu vas bien. Tu vas si bien, que j’en oublie ces appréhensions.

    Mon Amour.
    Ne me quitte plus.
    Jamais.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Don't even try it ♠ It'll never work - [PV Dominura]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mike Bloomfield Story (podcast)
» Comparatif de résonateurs entrée de gamme
» Meeting With The G-Man+ (2003)
» [basculée] CENTURIONS GHOST - The Great Work
» Axiom Pro 25 et Fruity Loops

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Red & Green ~  :: ~ La Ville de NewYork ~ :: ••• Upper East Side •••-
Sauter vers: