~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   Ven 3 Juin 2011 - 22:57


    ~ Cela faisait déjà deux semaines, que l'Illustratrice renommée qu'était Dominura avait reçu l'appel d'une de ses maisons d'édition, cette dernière lui demandant alors de venir faire le tour de librairies connues de New-York afin de faire la réédition de l'un de ses ouvrages tant appréciés. Deux semaines, qui lui avaient alors sembler passer comme à la vitesse de la lumière, tant les évènements s'étaient enchainés. Devant jongler entre ses travaux et son adorable petit garçon – Alors que Ludmila, elle, retournait régulièrement travailler à l'université – Dominura s'était vouée corps et âme à ce projet, ne sachant pas réellement elle-même comment elle pouvait gérer tout cela. Pourtant, elle avait réussi. Le jour J, une bonne douzaine de cadres blancs étaient recouverts de papier-bulle et entassés dans un carton sécurisé, à l'entrée de l'appartement, accompagnés de systèmes d'accrochages divers, en pièces détachées. Dans ces cadres, évidemment, de nouvelles Illustrations, exécutées dans leur ensemble suivant le thème précis de cette re-parution, en toute exclusivité.

    Les fans, les lecteurs, seraient-ils contents ?
    Sans doutes.
    C'était dans cette optique, en tous cas, que Dominura avait travaillé, de tout son cœur.

    Il fallait bien qu'elle refasse surface dans tous ses honneurs, n'est-ce pas ? Sans doutes cela serait-il fait, dans toute sa panache, alors qu'elle se préparait à présent, dans la salle de bains, songeant à ces derniers jours, dans un instant de répit et de repos, réservé à elle-même. Robe vert anis, maquillage assorti, rouge à lèvres d'un beau rouge-fuschia, chaussures à talons accordées à sa tenue qui lui arrivait aux genoux... Tout était de retour, dans la plus grande des classes.

    Ces dernières semaines ont étés éprouvantes, oui.
    Mais je n'ose plus songer à ma maladie qui me ronge, à toutes ces horreurs, qui nous sont réservées.
    Il faut penser au présent, n'est-ce pas, petit chat ?

    Je me sens bien, auprès de toi,
    Auprès de notre enfant,
    Que j'aime, à en mourir.

    Et cette opportunité, qui m'est offerte ? Je ne puis qu'être ravie, de retrouver le monde extérieur, le monde réel, alors que j'ai été enfermée ici, si longtemps. Évidemment, tout cela ne sera pas sans une certaine appréhension... Déjà, je sens, le stress me prendre au cœur, au ventre, comme me poussant à abandonner, par lâcheté, afin de demeurer à la maison. Mais puis-je seulement faire une chose pareille ?

    Non. Jamais.
    Je ne pourrai jamais faire de faux-espoirs, à ceux qui me suivent, malgré ces mois de silence.
    Ils attendaient mon retour, n'est-ce pas ?
    Je me souviens des lettres, je me souviens des fleurs, des mots, des regards.

    Je ne dois pas te décevoir, mon Amour.
    Je ne dois pas les décevoir.

    ~

    Terminant bien rapidement sa préparation, la grande femme passa rapidement dans son atelier afin de récupérer le sac qu'elle avait rempli pour l'occasion : Ses stylos, ses crayons, son aquarelle ainsi que quelques pinceaux, des chaussures de rechange, un foulard – Au cas où le chauffage ne serait pas assez fort – son téléphone portable, son agenda, quelques cartes prêtes à être distribuées... Le reste serait d'ores et déjà sur place, de toute évidence.

    Ce fut le cœur battant que Dominura se mira une dernière fois dans le grand miroir du hall, fin prête. Prenant alors une nouvelle inspiration – Afin de se donner quelque peu plus de confiance – elle se détourna finalement de son reflet, laissant claquer ses talons jusqu'à la chambre de son cher fils, où se trouvait alors sa conjointe, par la même occasion.

    Clac
    Clac
    Clac

    Je vais bientôt devoir vous quitter, mes amours. Dans un rien de temps, mon acolyte viendra me chercher, m'aidant à descendre des cartons où demeurent, tranquilles, mes nouvelles Illustrations. Je n'arrives pas à cacher mon euphorie, mais, dans un même temps, le stress me gagne, et l'idée même de vous laisser à l'appartement m'attriste. Mais vous vous en sortirez, sans moi, n'est-ce pas ?

    Je n'ai aucun doutes à ce sujet.

    S'approchant de sa belle, la grande femme laissa alors ses mains pâles et fines passer sur les hanches de cette dernière, la dévorant un instant du regard avant de dire, d'une voix calme mais quelque peu tendue :


    « J'y vais Trésor~ Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu m'appelles ? Je pourrai sans doutes me libérer entre les deux séances d'aujourd'hui. »

    Un doux mais bref baiser, et la sonnette d'entrée retentit. Ne pouvant réprimer un sursaut, la grande femme passa par la suite ses dents sur sa lèvres inférieure en une expression adorable, semblant vouloir dire : Oh non, je dois filer... A bientôt ? Il me tarde déjà, de vous revoir, de pouvoir apprécier la fin de cette journée, en votre compagnie.

    « Je t'enverrai un message. Je t'aime~ ! ♥ »

    Un nouveau baiser, et la grande femme tourna les talons, ses mains caressant celles de Ludmila dans son mouvement, avant qu'elle ne quitte la pièce, excitée comme une enfant pourtant déjà en mal de sa si merveilleuse famille.

    Je n'y crois pas, je n'y crois pas !
    Enfin ! Une exposition ! Une séance de dédicaces !
    Cela faisait si longtemps !!

    Ouvrant la porte à celui qu'elle attendait, Dominura eut tôt fait de prendre son sac ainsi que ses cartons, disparaissant bientôt dans la cage d'escalier et parlant déjà au jeune homme au sujet de leur première destination.

    Est-ce loin ?
    Combien de temps, cela va t-il durer ?
    Ooooh, Ludmila... Comme je suis heureuse !

    Heureuse, dans ma vie,
    Heureuse, auprès de toi,
    Attends-moi,
    Je reviendrai,
    Et je te retrouverai,

    A jamais,
    Comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   Dim 3 Juil 2011 - 12:55

    Suite à de longs mois d’absences sous les feux des projecteurs concernant son travail, il était à présent l’heure pour Dominura de sortir de son isolement, de faire face à nouveau à cette carrière fulgurante qui – pour la naissance de leur adorable petit garçon – avait dû être mise en attente. Consciente d’avoir bien souvent poussé sa compagne à cesser toute activité professionnelle lors de sa grossesse, puis durant quelques mois suivant son accouchement, Ludmila semblait à présent prête à lui laisser davantage de liberté de ce côté-ci, ne voyant plus réellement d’objection légitime à ce que son aimée ne sorte à nouveau de cet appartement, qui – de toute évidence – ne pouvait qu’en venir à nuire à son morale, d’ores et déjà fragile ces derniers mois. Evidemment, la jeune Russe s’inquiétait, craignant toujours de voir la femme qu’elle aimait se faire assaillir par les journalistes, les photographes. Leur vie privée devait être protégée, et plus encore, la sécurité de la charmante illustratrice, bien souvent mise en péril par l’acharnement de ces hommes, de ces femmes, prêtes à tout pour obtenir de nouvelles informations à son sujet.

    Tu feras bien attention à toi, n’est-ce pas ?
    Te savoir en sécurité, dans cet appartement, me rassurait.
    Ai-je été égoïste, en te demandant de ne pas en sortir, seule ? Oui. Je n’aurais sans doute pas dû tant te protéger, de cette réalité qui m’effraie. J’ai eu peur, que tu ne sois pas assez forte, face à eux. Physiquement. Moralement. J’ai eu peur de te savoir loin de moi, tandis que tu n’étais pas dans ton état normal, durant ces longues semaines, ces innombrables mois. Mais… Tout va bien mieux à présent, n’est-ce pas ?

    Je ne te cacherai plus jamais rien.
    Nous n’aurons plus de secrets, l’une pour l’autre.
    Ces deux dernières semaines m’ont rassuré, tu sais.
    Je crois – plus que jamais – en notre amour.
    Je suis heureuse.

    Simplement. ♥

    ~

    Ne travaillant donc pas en ce jour, Ludmila pouvait laisser à sa compagne le champ libre pour sa première apparition de l’année, prenant soin seule de leur cher fils. Etant par ailleurs dans la chambre de ce dernier – qui jouait simplement dans l’attente de la continuation de la petite routine à laquelle il était habitué – la jeune Russe approuva d’un léger hochement de tête lorsque Dominura vint lui annoncer son départ, lui offrant un charmant sourire, simplement. Sincèrement heureuse de voir sa belle ainsi s’épanouir à nouveau de ses projets, Ludmila passa tendrement sa fine main contre sa joue, son regard brillant d’un amour des plus tendres.

    Tu es si belle, ma Chérie.
    Oui, je t’appellerai, si nous avons besoin de quelque chose.
    Tu pourras te libérer, entre deux séances ? C’est noté.

    J’aimerais pouvoir te garder avec nous, tu sais.
    J’aimerais te demander, de ne pas partir, de rester auprès de nous.
    Mais ce ne serait pas raisonnable, évidemment.

    Bam
    Bam

    Un baiser.
    La sonnette.
    Et cet adorable sursaut, témoignant sans aucun doute de l’euphorie nerveuse mais positive de l’illustratrice. Un texto ? Bien. Approuvant d’un simple mouvement de la tête, la jeune Russe ne pu contenir un doux rire face à tant d’enthousiasme, ses lèvres s’entrouvrant en quelques mots tandis que sa compagne était d’ores et déjà en train de filer :

    - Je t’aime mon Cœur ~ Passe une bonne journée !


    Tout ira bien.
    Tout ira bien.

    Je ne m’inquiète pas pour Edan, ni-même pour moi.
    Je m’inquiète, de te savoir loin de nous, en proie à tes éditeurs, aux médias.
    Mais ils ne te feront aucun mal. Ils savent, quelles sont les limites à ne pas dépasser, avec nous. Sans doute auraient-ils affaire à moi, s’ils les dépassaient. Tout comme cet imposteur, ce psychiatre qui pour un temps à été suspendu, dans l’attendre d’un conseil supérieur, à son sujet. Mes accusations sont prises au sérieux. Je suis prise au sérieux, tout comme l’est Dominura elle-même. Nous ne craignons rien, de vous.

    -
    -
    -

    Dominura partie, la jeune Russe se retrouva donc bien vite en l’unique compagnie de son charmant petit garçon. N’étant sortie du lit qu’il y a bien peu de temps, la jeune femme ne tarda pas – encore quelque peu endormie – à prendre Edan dans ses bras, le menant jusqu’à la chambre parentale. Installant l’enfant au milieu du lit, Ludmila profita de ces quelques instants de calme pour partager avec lui quelques élans tendres et maternelles, le massant avec douceur et attention, comme elle en avait déjà régulièrement prit l’habitude. Finalement – les minutes passant à une vitesse folle – la jeune femme due bien se résoudre à faire cesser ces rassurants échanges, et ce afin de donner son bain à Edan. Hop, hop. Le préparant en des gestes certes habituels mais toujours affectés d’une attention particulièrement douce, Ludmila le laissa finalement dans son tapis de jeu, se dirigeant cette fois-ci seule dans la salle de bain. Branchant bien évidemment le baby-phone au passage, la jeune Russe se passa donc rapidement sous la douche, avant de se maquiller, puis d’enfiler l’une de ses robes rouges cintrées qui lui allaient à merveille.

    Onze Heure.

    Ayant retrouvé Edan dans sa chambre, la jeune mère prit donc le temps de jouer avec lui quelques minutes, faisant au mieux pour ne pas songer à son travail, mais également à la manière dont pouvait se dérouler la première séance de dédicaces de sa conjointe. Consciente qu’il lui fallait rester confiante et ne pas harceler sa belle d’appels téléphoniques, Ludmila passait donc son temps à prendre soin de leur petit garçon, ce dernier semblant plutôt se ravir de la situation – sa jeune mère ayant été quelque peu plus absente ces derniers temps, compte tenu de ses nombreuses heures passées à l’université.

    Finalement, la jeune Russe ne tarda pas à céder à la tentation aux alentours de l’heure du déjeuner. Ne sachant trop quoi faire de cette belle journée, Ludmila décida en effet de sortir de l’appartement avec Edan, et ce dans le but de rejoindre Dominura à la fin de sa première séance de dédicaces. Installant l’enfant contre elle – dans son porte-bébé habituel – la jeune femme sortie donc bientôt de l’immeuble, prenant un taxi afin de se rendre dans la librairie en question. Ne craignait-elle pas, que les médias présents profitent de cette visite, pour photographier leur précieux enfant ? Certes. Ludmila le gardait ainsi tout contre elle, prête à le cacher des objectifs en cas de tentative. Evidemment, il était toujours absolument hors de question de les laisser mettre l’image de leur fils dans de quelconques magazines, ou pire encore – sur internet. Ainsi la charmante blonde fit-elle bien attention lorsqu’elle sortie enfin du taxi, l’une de ses mains restant dans le dos d’Edan tandis qu’elle lui adressait un tendre sourire, enthousiasmée à l’idée de retrouver sa compagne.

    Nous allons faire une belle surprise à maman, n’est-ce pas Trésor ?
    Je suis certaine, qu’elle sera très heureuse de nous voir, tous les deux. ♥

    Clac
    Clac

    Montant les quelques marches les menant donc à l’étage de la librairie où avait été installée la charmante illustratrice, Ludmila ne tarda pas à apercevoir cette dernière, une file de fans visiblement enjoués attendant toujours derrière son stand. Encore ?! Non surprise du succès de sa compagne suite à ces longs mois d’absence, la jolie blonde fût néanmoins quelque peu perplexe, se demandant comment sa belle pourrait satisfaire tous ces gens, compte tenu du peu de temps qu’il lui restait en ces lieux. Ne devait-elle pas migrer ailleurs, cet après-midi ? Mhm.

    S’avançant doucement vers sa belle – non sans attirer le regard des personnes ici présentes, la reconnaissant – la jeune Russe protégea donc son enfant de tout regard, adressant un vague sourire à la foule – bien que tendrement méfiante – avant de laisser ses yeux bruns passer sur le visage sublime de la femme qu’elle aimait.

    Clac
    Clac

    Contournant le stand en un naturel des plus gracieux, la jeune psychologue se trouva donc bien vite au côté de sa belle, le bout de ses doigts fins glissant contre sa nuque tandis qu’elle devait faire face au soudain enthousiasme d’Edan, qui alors s’était rendu compte de la présence de sa mère biologique. Le petit battant des bras et des jambes en quelques gazouillements enjoués, Ludmila ne put que sourire davantage, sa main caressant tendrement le dos de ce dernier en espérant l’apaiser quelque peu.

    Se penchant malgré tout auprès de Dominura, Ludmila lui murmura brièvement à l’oreille, malicieuse, amoureuse :

    - Surprise… !


    Se redressant tandis que la force soudaine d’Edan commençait à lui faire mal au dos – le petit grandissant à une vitesse folle – Ludmila laissa son regard se poser sur lui, en un froncement de sourcils faussement réprobateur, amusé. Ses coups de pieds ne l’épargnant pas, la jeune Russe vit alors son fils tenter de se retourner malgré son emprise sur lui, ses bras gigotaient en direction de Dominura avec conviction. Ses sourcils se haussant tandis qu’elle levait à nouveau les yeux vers la foule, puis sa compagne, Ludmila laissa alors entendre, attentive mais visiblement pressée de pouvoir l’avoir à nouveau à elle seule :

    - Tu penses en avoir encore pour combien de temps ?

    Oh, elle ne voulait pas lui forcer la main, non. Simplement, l’impatience de leur fils ne leur permettrait sans doute pas de rester ainsi proches trop longtemps, ce dernier commençant pas ailleurs à comprendre – en quelques gémissements – que Ludmila n’avait pas réellement l’intention de le libérer pour l’instant. Ainsi la jeune Russe ajouta-t-elle simplement, ses yeux brillant de cet amour sincère, plus vif encore depuis quelques jours :

    - On peut aller faire un tour vers les livres pour enfant en attendant mais… On déjeune ensemble ?

    Nous sommes venus pour toi, tu vois ?

    Avons-nous déjà mangé à l’extérieur, tous les trois ? Il me semble que non. Un biberon et une compote son prêts pour notre enfant, dans ce sac que j’ai pris avec moi, pour lui. Il ne sera sans doute pas fatigué avant quelques heures, ce qui nous laisse le temps, de nous retrouver un peu, tous les trois.

    J’aimerais que nous partagions plus de choses ensemble, tu sais.
    J’aimerais que nous le plongions davantage, dans le monde réel, extérieur à notre appartement.
    Pourquoi ne pas commencer doucement, en ce simple repas ? –

    Et puis… Tu m’as manqué.
    Je m’étais sans doute trop habituée,
    A t’avoir auprès de moi, à chaque instant, chez nous.

    Mon Amour. ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   Lun 1 Aoû 2011 - 20:46

    ~ Ludmila craignait-elle à raison la petite escapade de sa conjointe ? A vrai dire, rien ne pouvait la rassurer, même si rien ne pouvait forcément l'inquiéter non plus. Dominura, en ce jour, serait sans doutes très bien encadrée, et puis... Elle ne tarderait pas à la rejoindre, n'est-ce pas ? Mais, à vrai dire, il semblait normal que la jeune blonde puisse avoir quelques appréhensions sur ces quelques jours de dédicaces : En effet, c'était la première fois que la grande femme, cette artiste d'une renommée non négligeable, sortait de chez elle pour un véritable projet qui lui coûterait travail et énergie, depuis bien longtemps. Des jours, des semaines, des mois entiers, pendant lesquels Dominura s'était laissée aller en un quotidien quelque peu morne, triste, abandonné, malgré la présence à ses côtés de la femme qu'elle aimait plus que quiconque, ainsi que son adorable petit garçon grandissant à vue d'œil, le charmant Edan. Tout, semblait aller au meilleur dans le plus enchanté des mondes, mais c'était sans doutes, sans compter les multiples tracas qui faisaient irruption dans leur vie de couple. Mais enfin, en ces lieux, il n'était plus tellement permis de penser. Et puis, l'Illustratrice le voulait-elle seulement ? En ce moment, elle était heureuse, comme posant de côté les multiples altercations qui avaient chamboulé sa vie. Sa maladie ? Elle ne voulait y songer, préférant profiter de son existence tumultueuse tant qu'il ne était encore temps.

    Il fallait, qu'elle se renforce,
    Que jamais, elle ne se laisse en proie à ses larmes, à ses faiblesses.
    Jamais ne pourrait-elle avancer, sans la foi en l'avenir et celle en sa délicieuse conjointe, n'est-ce pas ? Il lui fallait alors, tout oublier. Aller de l'avant, très simplement, dans la plus calme des attitudes, dans le plus beau des entrains. C'était ainsi, que la vie se devait d'être vécue.

    Et désormais, elle n'en abandonnerait aucunes miettes,
    Pour le meilleur comme pour le pire.

    ~

    La grande femme, en cette belle journée, devait donc s'atteler à une liste de tâches assez conséquentes, devant tenir tête à une immense file de fans qui avaient, bien entendu, eu vent de son grand retour dans les librairies de New-York. A vrai dire, Dominura, de ces mois d'inactivités, n'avait certes pas perdu la main en dessin mais plutôt, ne s'était pas attendue au fait qu'autant de monde se rassemble ici, en ce jour, pour elle. Pourtant, cette masse de personnes impressionnante n'était là que pour sa personne, bel et bien... Sa personne. Ou du moins, son Art, entendons-nous bien sur ce fait. La matinée, alors, passa très vite, bien plus vite que Dominura put elle-même s'en rendre compte, cette dernière enchainant sans relâche ses séries de dédicaces toutes plus charmantes les unes que les autres. Heureusement, bon nombre de fans, quelque peu compatissants au sujet de la file qui s'allongeait de minutes en minutes, n'avaient demandé qu'un autographe, chose qui ne pouvait que rassurer la belle Française.

    Et les minutes, passèrent.
    Les heures, défilèrent à la vitesse de la lumière, sous quelques bribes de conversations, sous quelques compliment élancés, sous les sons incessants des crayons qui grattaient le papier.

    Étrangement, la grande femme ne se sentait si stressée, ni angoissée, n'appréhendant pas réellement ces journées pourtant éreintantes, la simple idée de l'amour que lui portait Ludmila lui mettant un baume au cœur qui lui permettrait de subir n'importe quelle épreuve. Même, les photographes et les journalistes lui passaient par dessus, ces derniers n'influant pas même sur son caractère calme. Par ailleurs, une foule de ces derniers fut obligée à la sortie, par les agents de sécurité, l'espace étant réservés aux civils, donc aux lecteurs ainsi qu'aux fans démunis d'un Reflex de paparazzi ou bien de carnet de journalisme avide d'informations croustillante sur la vie familiale de l'Artiste.

    Onze heures.

    Alors que la dessinatrice se penchait toujours sur l'une de ses nombreuses dédicaces, adressant simplement quelques regards à ses patients fans, elle ne remarqua pas immédiatement la présence de Ludmila dans la librairie, et encore moins à son étage, bien qu'entendant quelque peu la foule s'exciter dans un brouhaha différent d'à l'habitude. Relevant les yeux à la personne qui lui faisait face, comme se questionnant sur l'origine de ce changement soudain, Dominura sursauta alors en sentant les doigts de sa belle – Reconnaissables parmi tous – passer dans son dos, sans pour autant en lâcher son crayon. Se retournant vivement vers sa conjointe tandis que cette dernière avait laissé quelques murmures passer à son oreille, le visage de l'Illustratrice sembla s'éclaircir, rayonnant, tandis qu'un grand sourire passait sur son faciès de reine épuisée : Ludmila !!

    Oh, qu'elle était heureuse de la voir.
    Surprise ?
    Oh, oui, cela en avait tout l'air... Tandis qu'elle n'avait pas eu encore le temps de lui envoyer de message, Ludmila était présente, et avait emporté leur enfant avec elle ? Adorable... Oh, oui, et même plus que cela. Ne faisant pas réellement attention à la foule qui se pressait à son stand durant quelques instants, soucieuse de la bonne santé de son enfant, Dominura fronça légèrement les sourcils à son attention, avant de laisser une main glisser contre la joue de ce dernier, l'embrassant tendrement sur le front tout en évitant les débordements agités du petit Edan.


    « Ooooh, mon bé-bééé, mais qu'est-ce que tu fais lààà... ♥ »

    Gaga ?
    Un peu, peut-être, bien que Dominura ne soit pas réellement du genre à faire quelques gazouillis en public. Prêtant une attention certaine à Ludmila, l'Illustratrice fit en sorte que cette dernière, pourtant, puisse à son tour se pencher vers elle, laissant quelques doigts entrer en contact avec le creux du cou de cette dernière, lui offrant un délicat baiser, ainsi qu'un murmure ronronnant de plaisir, soulignant son contentement certain ainsi que son ravissement :


    « Tu es venue...♥ »

    Lorsque Ludmila demanda pour combien de temps Dominura aurait encore à travailler, cette dernière, les yeux brillants d'une malice désolée, inclina légèrement la tête en signe de confusion, pinçant entre elles ses délicieuses lèvres maquillées. Elle-même, ne le savait pas vraiment. Aurait-elle le temps, ne serait-ce que, pour déjeuner ? Hmmh... Elle ferait en sorte que oui. Indubitablement. Mais alors que la jolie Russe ajoutait quelques propos aux précédents, Dominura se redressa légèrement à son tour, haussant les sourcils en voyant alors son futur proche s'éclaircir. Déjeuner ensemble ? Excellente idée. Ainsi laissa t-elle entendre, d'une voix claire :

    « Avec joie ! De toutes façons, mes horaires sont bientôt pleins, et terminés ! Je te rejoins, petit chat ? »

    Offrant un doux sourire à son aimée, la grande femme se pencha alors de nouveau vers elle, lui accordant un nouveau baiser, avant de daigner s'en détacher, les fans de la première ligne commençant à s'impatienter. Ludmila, arriverait-elle pourtant à passer inaperçu, dans cette foule, jusqu'au rayon des livres pour enfant ? Loin de là, sans doutes. Car tout le monde, ici, était à l'affût... Elle devrait, toujours, rester vigilante.

    Ressentant alors l'angoisse monter en elle en une terrible adrénaline d'horreur, Dominura se retourna alors vers sa conjointe, lui donnant une dernière indication attentive et amoureuse, dans un souffle clair :


    « Faites attention à vous~ »

    Je vous en prie, qu'il n'arrive rien.
    Qu'il ne t'arrive pas malheur, mon amour, ma chérie,
    Tandis que je te connais, capable de protéger ton fils, notre enfant, quoi qu'il t'en coûte.
    Ne prends pas de risques,
    Je veux vous retrouver,
    Si vite,

    Mes amours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   Sam 6 Aoû 2011 - 1:01

    Surexcitée à l’idée de retrouver Dominura – qui ne les avait pourtant quitté que depuis quelques heures – Ludmila n’avait donc pas hésité à prendre Edan contre elle, et ce jusqu’à finalement le laisser ici à nouveau découvrir le monde extérieur. Evidemment, la jeune femme savait qu’elle prenait ainsi le risque, de voir son enfant attirer les regards, ainsi que les objectifs des photographes, à l’affut du moindre cliché du petit garçon de cet intrigant couple. La popularité de Dominura n’ayant pas semblé faillir durant son année d’absence, tout semblait alors se passer pour le mieux dans le meilleur des mondes, la jeune Russe étant également soulagée de ne plus porter seule le si lourd secret de la maladie de sa compagne. Dominura savait. Elle savait, et n’en était finalement que plus forte, au plus grand bonheur de tous.

    Ces derniers jours, Ludmila avait en effet pu remarquer le renouveau de la force de son aimée, toutes deux retrouvant ainsi une certaine foi en l’avenir, malgré tout. Si Edan occupait énormément leur temps libres, le jeune Russe mettait néanmoins un point d’honneur à passer le plus de temps possible seule auprès de la femme qu’elle aimait, souhaitant plus que tout retrouver en elles le couple fusionnel et aimant qu’elle avait été auparavant, et qui – à force de cachoteries, de fatigue et d’énervement – avait finit par se faner quelque peu.

    Ludmila était à présent plus que jamais décidé, à ne plus rien cacher à Dominura. Oh, bien sûr, elle continuerait à nier son passé, n’ayant finalement jamais réellement parlé de ce dernier à sa conjointe, bien qu’elle ne se connaissent déjà depuis quatre années. Sans doute la belle française pouvait-elle le deviner, des quelques bribes qui lui étaient parvenues, au fur et à mesure. Sans doute, était-ce bien mieux ainsi. A présent mère – et ainsi plus que jamais – Ludmila n’avait aucune envie de songer à la femme qu’elle était avant de rencontrer celle qui fut un temps sa patronne, se trouvant à présent bien plus mature et saine qu’elle ne l’avait jamais été auparavant. Cette nouvelle vie ne devait plus être troublée, d’aucune manière.

    -

    Ainsi, Ludmila n’avait pas tardé à se pencher auprès de sa compagne, lui adressant quelques mots, ces attentions tendres et enjouées, sincères. Les regards des fans se posaient sur cette charmante famille, intouchable ? Peu importait. A vrai dire, la jeune Russe ne prêtait pas réellement attention aux impatients, sachant pertinemment qu’il lui faudrait très vite leur céder de nouveau l’illustratrice. Visiblement, cette dernière était débordée, et aurait à faire pour encore de nombreuses minutes. Mais cela n’était pas si grave, puisque Ludmila s’y était attendue, en se rendant si tôt, en cette librairie.

    Laissant à Edan et à Dominura la possibilité de se rapprocher en se penchant quelque peu elle-même, Ludmila caressa un instant le visage de son aimée de son regard brun, un sourire attendri et calme se dessinant sur ses fines lèvres rouges, quant à cet échange pour le moins adorable. Bien que s’apaisant un instant au son de la voix de sa mère biologique, Edan n’en sembla pas pour autant rassasié, continuant à s’agiter contre Ludmila, sans doute dans l’optique de se libérer de sa maternelle mais imposante étreinte.

    Et non, Trésor. Tu restes avec moi, pour l’instant. ♥

    Puis Dominura s’adressa à elle, Ludmila se penchant davantage – sa main soutenant toujours leur enfant, naturellement – jusqu’à fermer un instant les yeux, répondant à ce doux baiser, souriante. Oui, elle était venue. La belle française s’y était-elle attendue ? Peut-être bien, au fond. Allaient-ils, déjeuner ensemble, tous les trois ? Face à la malice désolée de son aimée, la jeune Russe avait bien évidemment compris, qu’il lui faudrait encore attendre quelques peu. Puis Dominura reprit la parole, leur offrant alors l’agréable perspective de se repas en famille, dont elle avait vraisemblablement envie, également. Ses horaires étaient bientôt pleins et terminés ? Parfait ! Hochant doucement la tête afin d’approuver ces réponses, Ludmila ne semblait pas réellement surprise d’avoir ainsi à attendre, comprenant bien qu’il fallait ici avant tout que Dominura face preuve, d’un certain professionnalisme.

    Je suis heureuse, de te voir à nouveau t’épanouir dans ton travail, tu sais ?
    Et si je sais que de nombreux projets viendront bientôt accaparer tout ton temps, je reste confiante. Tu es consciente, que notre enfant passe avant tout, et j’en suis certaine. Tu es consciente, qu’il te faudra également faire des concessions, pour notre propre bienêtre, n’est-ce pas ? Je veux continuer à passer du temps avec toi, malgré notre travail, malgré nos projets professionnels. Sans doute m’en donnes-tu ici la preuve, de tes si charmants sourire, de ce nouveau baiser, qui un instant, échauffe mon cœur.

    Bam
    Bam
    Bam

    Ignorant les gémissements impatients de leur fils, Ludmila laissa finalement ses doigts glisser contre le cou de son aimée, répondant à son baiser en y ajoutant plus de langueur, sensuelle. Ne se souciant guère des regards quelques peu contrariés que lui adressaient alors les personnes au devant du stand de son compagne, la jeune Russe se redressa néanmoins finalement, consciente qu’elle ne devait pas gâcher à ces fans ces précieux instants. Bien sûr, certains d’entre eux semblaient davantage surexcités, de sa présence, tout comme de celle d’Edan. Ceux qui – en plus du talent indiscutable et reconnu de l’illustratrice – s’intéressaient à sa vie personnelle, quoi qu’ils osent en dire.

    « Faites attention à vous~ »

    Approuvant d’un léger hochement de tête rassurant, Ludmila laissa finalement le bout de ses doigts glisser sensiblement contre l’épaule de son aimée, prêt à la laisser aux regards et aux commentaires de ses admirateurs. Ainsi ne tarda-t-elle pas – bien que difficilement – à tourner les talons, se dirigeant calmement jusqu’au rayon des livres pour enfant, ou elle pourrait peut-être ici tenter de divertir son enfant. En effet, ce dernier – suite à cette nouvelle distance quant à Dominura – n’avait pas manqué de s’agiter davantage, ses gémissements se transformant bientôt en des pleurs plaintifs, qui ne manquèrent pas d’attirer davantage sur eux l’attention.

    Ainsi arrivée à destination, Ludmila tentait tant bien que mal de rassurer son enfant, le berçant doucement, bien que le porte-bébé dans lequel il était installé, contre elle, ne soit ici quelque peu gênant. Ses sourcils se fronçant tandis qu’elle sentait sur eux de nombreux regards se poser, la jeune Russe céda finalement aux coups du petit Edan, se réfugiant dans un coin et posant ses sacs à terre. Ainsi ne tarda-t-elle pas à sortir l’enfant de cette attache pourtant fort pratique, la déposant également, sur les sacs. Prenant Edan dans ses bras jusqu’à le caler contre son épaule, Ludmila pu alors le maintenir davantage contre elle, l’une de ses mains soutenant sa tête d’une force tendre et maternelle. Restant ainsi quelque peu à l’écart du rayon, la jeune femme laissait quelques rassurants murmures lui échapper, parvenant – peu à peu – à apaiser la crise de colère et de larme de son fils.

    Bam
    Bam

    Un homme.
    Un appareil photo.

    Bam
    Bam

    Cet homme, s’approchait, probablement intrigué, intéressé. Comment avait-il seulement pu entrer, tandis que les journalistes, semblaient avoir été bannis, de ces lieux ? Non. Ils avaient été bannis, du stand de Dominura. Quand à la librairie en son entier, cela était sans doute, une autre histoire. Sentant son cœur s’emballer à l’idée que ce photographe puisse tenter quoi que ce soit pour obtenir un cliché de son enfant, Ludmila lui adressa alors un regard d’une méfiance sévère, cherchant tant bien que mal à le dissuader de ce rapprochement, bien trop rapide et clair à son goût. Ses sourcils se fronçant sur le coup, Ludmila sentie son cœur s’emballer, se préparant d’ores et déjà à se défendre et à protéger Edan, à la moindre tentative.

    Ne vous approchez plus.
    Ne vous avisez pas, de diriger votre objectif, dans sa direction.
    Ne savez-vous donc pas, que je suis prête à tout, pour protéger son image ?

    Vous n’aurez rien.
    Partez.

    Partez. ~ ♠

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   Sam 6 Aoû 2011 - 10:08

    ~ A vrai dire, Dominura s'était doutée de la venue de Ludmila, sans réellement savoir si elle y croyait ou non. Lors des premières heures de sa journée fort rempli, elle y avait bien songé, encore et encore, finissant par se convaincre que cela ne serait pas très raisonnable que d'y porter un quelconque espoir pour le moins idiot. Au pire des cas, elle ne manquerait pas de la voir le soir même, n'est-ce pas ? C'était déjà beaucoup, et elle en était bien reconnaissante, par ailleurs. Alors, à quoi bon en désirer plus, peut-être trop ? Et puis... N'était-ce pas quelque peu dangereux, pour Ludmila, de venir jusqu'à cette librairie en compagnie de son petit garçon ? Leur intimité, se devait d'être préservée. Et si Ludmila elle-même était parfaitement capable de défendre son enfant, cela ne demeurait pas moins un certain sujet de craintes et d'appréhensions, pour la grande femme, alors installée à son stand, impuissante au sujet de sa famille, qu'elle aimait tant. Simplement, alors, une vague de chaleur, de sourire intime et sincère la prenait parfois, lorsqu'elle se perdait à penser à eux, simplement attendrie, purement aimante.

    Mes Amours.
    Qu'êtes-vous donc en train de faire ?


    Évidemment, Dominura, sous l'emprise de son travail acharné ainsi que la présence de ses nombreux fans, n'avait plus réellement porté attention à ses personnels et égoïstes espoirs, se contentant alors de se vouer toute entière à sa tâche. Ce fut sans doutes pour cette raison particulière, que la demoiselle fut aussi surprise à la venue de son amante, accompagnée de son petit garçon. Les échanges, bien que brefs, furent plaisants et intenses, aux yeux de l'Artiste. Qu'aurait-elle pu demander de plus ? Quelques baisers, douces caresses, maints regards et attentions. Et puis, Edan. Adorable, enfantin, avide de l'attention de sa mère, sans doutes un peu trop absente à son goût. N'était-il pas trop infernal, dans les bras de Ludmila ? Oh, si elle ne manquait pas de s'en sortir, sans doutes est-ce que cela ne devait pourtant pas être de tout repos, bien au contraire...

    Dis donc, petit Ange, petit Monstre,
    En ferais-tu voir de toutes les couleurs à ta belle Maman ?
    Elle ne mérites pas ça, n'est-ce pas ?
    Sois sage, Edan,
    Bientôt nous serons tous les trois rassemblés,
    Aujourd'hui ce sera la seule chose, que je pourrai vous offrir.

    ~

    Finalement, l'heure du repas, ou plus exactement le temps qui serait à présent réservé au jeune couple ainsi qu'à leurs adorables retrouvailles, arriva bien vite. Alors que les vigiles s'occupaient des derniers fans qui avaient pu franchir la limite de temps, Dominura put alors souffler, le dos contre la chaise, fermant les yeux tout en laissant un sourire passer sur son visage, tout comme sa main fraiche rencontra son front, le temps d'un instant. C'était terminé. Grâce. Satisfaction. Soulagement. A vrai dire, l'Illustratrice était également bien contente, d'avoir pu terminer à temps toutes les dédicaces et les autographes pour l'ensemble de la foule qui s'était entassée devant ses yeux, les gardes de la sécurité faisant bien en sorte que plus personne ne puisse attendre dans la file et ne soit, donc, déçu de ne pas avoir eu le temps de rencontrer cette femme particulière.

    Elle avait, satisfait tout le monde.
    Parfait.

    Par ailleurs, les agents qui l'avaient accompagnée dans ce périple, n'avaient pas manqué de fondre sur elle, à la fin de cette longue entrevue d'échanges et de dessins, afin de lui serrer la main, en compagnie des libraires qui avaient accueilli cette grande Artiste en ces lieux. Dominura reçut, maints compliments, qu'elle accepta bien entendu en toute modestie, offrant simplement regards reconnaissants, sourires respectueux mais ravis. Lorsqu'elle fut invitée à rejoindre ce petit groupe pour déjeuner et prendre un café, la belle Française, rassemblant alors ses nombreuses affaires, ne put que claironner, d'un air ravi et entrainant, un large et sincère sourire aux lèvres :


    « Je suis navrée, Messieurs-Dames, mais j'ai d'autres engagements ! »

    Comprenant bien vite de quoi la jeune Artiste voulait parler, ils n'insistèrent pas le moins du monde, plutôt amusés de la teinte joyeuse qu'avait employée Dominura pour décliner leur invitation, bien peu sobrement. Évidemment, ils ne leur en tiendraient absolument pas rigueur, bien conscients que la jeune femme devrait un peu se retrouver mais également se reposer, en cette pause du midi dont elle devait absolument profiter des moindres instants avant de se pencher à nouveau sur une quantité de travail non négligeable. Ainsi Dominura put-elle laisser ses affaires – Rangées, bien entendu – à son organisateur, prenant très simplement son sac à main qu'elle balança d'un geste gracieux mais vif sur son épaule, quittant alors son stand le sourire aux lèvres, la mine enjouée, adressant un dernier signe de mains à ces personnes qu'elle laissait derrière elle. Ses talons vert anis claquant le sol de la librairie, l'Artiste dût bien s'arrêter à quelques reprises afin d'être photographiée – Toujours par des fans, les journalistes n'étant toujours pas admis dans ce périmètre – mais ne tarda tout de même pas, cherchant à rejoindre son aimée.

    Mais... Où pouvait-elle bien être ?
    Elle la trouva bien, au détour d'un rayon, quelque peu en retrait, attirée par les pleurs étouffés de son propre enfant. Edan allait-il bien ? Et Ludmila... ? Ne tardant pas, Dominura laissa alors claquer ses talons jusqu'à eux, les rejoignant bien vite, sans pourtant s'attendre à une présence pour le moins inattendue, qui lui fit automatiquement perdre sa mine enjouée.

    Un journaliste.
    Un appareil photo.
    Un objectif, prêt à être braqué sur sa famille.

    Sentant son cœur s'emballer à cette simple vision dont elle n'avait plus réellement l'habitude, Dominura dût s'arrêter, un instant, reprenant un souffle qui devait la calmer. Passant le bout de ses doigts dans ses cheveux afin de replacer une longue mèche derrière son oreille, elle rassembla alors son esprit, resserra son sac à main contre elle, et, se redressant alors, afficha un nouveau sourire, plutôt hypocrite cette fois, tandis qu'elle fonçait vers l'homme détenteur de l'appareil du mal et de la corruption. Elle lui laissa alors entendre, d'une voix fausse et doucereuse, lui accordant un grand sourire condescendant – Ironie du mal qui lui allait à merveille, finalement :


    « Je vous souhaite le bonjour, Monsieur, en quoi puis-je vous aider ? Oh, je vois que la famille de Mademoiselle Ivanov et moi-même vous intéresse. Malheureusement pour vous, nous sommes sous la protection judiciaire, je vous déconseille d'allumer votre appareil sans notre consentement »

    Inclinant légèrement la tête, elle ajouta, braquant sur lui son regard vert sombre mais ne le quittant pas du sourire, tandis qu'elle se permettait une petite tape sur l'épaule, à l'égal d'un pied-de-nez :

    « Sur ce, je vous souhaite une très bonne journée ! … Sébastien. »

    Son regard s'était posé sur la petite carte de journalisme que le jeune homme portait fièrement à l'épaule, puis se détourna de ce dernier, rejoignant Ludmila et son enfant, tandis qu'elle lui murmurait, en vitesse, non sans une certaine euphorie de revoir sa très chère conjointe, qui lui avait tant manquée.

    « Tu veux que je prenne Edan avec moi ? Où voulais-tu aller, petit chat ? Il nous faudrait un endroit tranquille, que nous puissions... Profiter, de quelques instants de calme ♥ »

    Rapprochant son nez de celui de Ludmila, la grande femme laissa le sien le frôler, avant d'accorder à Ludmila en bref mais doux et enjoué baiser, à l'abri des regards, tandis que le photographe, perdu par les menaces sous-jacentes de la grande femme qui n'était absolument pas protégée par la justice des paparazzi – Bien qu'elle aurait parfaitement pu – s'était enfui comme il était venu.

    Où allaient-elles bien pouvoir aller ?
    Dans un petit restaurant, proche de la librairie ?
    Ou, dans un endroit plus calme encore ?

    Tout, était bon à prendre,
    Et Dominura était certaine,
    Qu'elle pourrait pleinement profiter de ces quelques instants en compagnie de sa conjointe.
    En toute intimité.

    Je ne suis, qu'à toi, ce midi;
    Passons le plus de temps ensemble, mon Amour,
    Je suis résolue à être heureuse,
    Et pour bien longtemps encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   Sam 27 Aoû 2011 - 20:10

    Tandis qu’elle tentait donc tant bien que mal d’apaiser les pleures du petit Edan, Ludmila eut donc la bien mauvaise surprise de voir un homme – muni d’un appareil photo – se rapprocher dangereusement. Qu’avait-il seulement l’intention d’en faire ? La question, ne se posait pas. Consciente que l’image du fils de Dominura Romley et sa charmante compagne était de loin l’une des plus convoitées ces derniers temps par les médias, la jeune femme ne manqua donc pas de paniquer quelque peu quant à cette situation, l’une de ses mains maintenant tendrement la tête de son enfant contre elle, afin de le protéger du regard de cet objectif menaçant. Fort heureusement pour elle, le petit garçon sembla ici coopérer, son pouce à la bouche, ne faisant plus un geste. Continuant malgré tout à le bercer doucement, Ludmila ne fut pas peu soulagée de voir sa conjointe apparaître de l’autre côté du rayon, cette dernière ayant sans doute tout juste mit fin à sa séance de dédicaces. Pinçant un instant ses lèvres entre elles, son regard vrilla donc un instant entre l’illustratrice et le photographe, surveillant ce dernier tout en culpabilisant intérieurement de ne pas réellement pouvoir faire davantage – pour l’instant – pour le repousser.

    Bam
    Bam

    Finalement, Dominura sembla ici opter pour un sourire hypocrite qui n’échappa pas à la jeune Russe, cette dernière l’observant alors d’une attention soucieuse et amusée à la fois. Qu’allait-elle faire, pour faire partir cet homme ? Au fond, sa détermination la touchait, sincèrement. Depuis quelques jours, Dominura semblait bien plus vive, bien plus sûre d’elle, qu’elle ne l’avait été durant ces derniers mois. La voir ainsi retrouver ce caractère fort et incontournable, ne pouvait que ravir Ludmila, qui – quant à elle – ne manquait pas de s’en laisser bercer, pouvant à présent se permettre de retrouver cette insouciance qui la guidait auparavant. Sa spontanéité lui revenant au fur et à mesure que sa conjointe retrouvait son assurance, Ludmila ne pu alors en ces instants s’empêcher d’afficher un léger sourire amusé, Dominura s’adressant finalement au photographe, sans détour.

    Sommes-nous, sous la protection judiciaire ? Oh, cela ne m’aurait sans doute pas échappé, n’est-ce pas ? Fourbe. Mentir ainsi, pour nous protéger ? Tu es adorable. Et mes lèvres se pincent, de ce sourire que j’aimerai pouvoir contenir, pour plus de sérieux.

    Observant alors avec grande attention cette scène empli d’ironie hypocrite mais d’une force non-négligeable de la part de sa compagne, Ludmila ne manqua pas de craquer à nouveau pour cette dernière, comme réalisant à l’instant et à nouveau, à quel point son amour pour elle était véridique, bel et bien réel, et plus intense encore. Si leur quotidien n’avait pas toujours été facile à vivre, tant pour l’une que pour l’autre, la jeune Russe retrouvait parfois ce sentiment d’amour et de sécurité, lorsque la femme qu’elle aimait faisait ainsi preuve de tant de caractère. Ce caractère, qui sans doute tout autant que son charmant physique, l’avait un jour poussé dans ses bras. Elle, qui n’était, que l’assistante. Ce petit job supplémentaire lui aura finalement permis de s’ouvrir à une vie véritable et honnête, bien loin, de ce qu’elle avait pu connaître, auparavant.

    En un rien de temps, l’homme sembla finalement se résoudre à partir, disparaissant sans doute aussi vite qu’il était apparu. Son regard se posant alors avec plus d’intensité sur Dominura, Ludmila lui adressa un sourire pour le moins malicieux, son regard trahissant certainement sa fascination, cet amour tendre et pourtant intimidé, face à cette personnalité hors du commun. Et puis… Cette attirance ? A vrai dire, voir sa belle agir ainsi, ne pouvait qu’éveiller en la jeune Russe l’envie de l’attirer à elle et de l’embrasser, jusqu’à la dévorer de cet amour lancinant, qui la prenait alors. Mais non, évidemment, cela n’était pour l’instant pas réellement possible. Par ailleurs, l’approche de l’illustratrice ne manqua pas – une fois de plus – de provoquer une nouvelle impatience, de la part de leur fils. Bien qu’il soit ici prisonnier de l’étreinte de la charmante blonde, le petit sembla en effet reconnaitre la voix de sa mère biologique, délaissant alors son pousse pour recommencer à gémir et à agiter bras et jambes.

    « Tu veux que je prenne Edan avec moi ? »

    Embrassant son enfant sur le front, Ludmila céda finalement à cette simple proposition, consciente qu’Edan ne cesserait de s’en prendre à elle, si elle ne le laissait pas retrouver Dominura. Ainsi ne tarda-t-elle pas à le laisser aux bras de sa compagne, non sans toutefois en soupirer intérieurement. Oh, cela n’était pas réellement le fait de le confier à sa belle, non. Mais savoir que leur fils ne cessait de vouloir s’échapper de ses bras pour ceux de son autre maman, ne pouvait que pousser Ludmila à douter, sur ses capacités à être une bonne mère. Est-ce que leur enfant l’aimait réellement, autant qu’il pouvait aimer Dominura ? Avait-il réellement, besoin d’elle ? Sans doute se méprenait-elle sur ce point, tandis qu’elle ne voyait ici que ces faits, ayant tendance à oublier que parfois, Edan la réclamait, elle également. Sur ce, la jeune Russe avait donc finalement céder, tant pour le bien de son petit garçon, que pour permettre à sa compagne de le retrouver quelque peu. Ainsi put-elle également se permettre de récupérer les sacs qu’elle avait dû jusqu’alors délaisser à terre, les calant tous deux sur son épaule, tout en répondant calmement à la question de l’illustratrice.

    Un endroit tranquille, pour profiter de ces instants de calme, oui.
    Ludmila y avait-elle réfléchit ? Bien sûr, oui.

    L’illustratrice laissant son nez venir frôler le sien d’une douce complicité, Ludmila lui adressa à nouveau un tendre sourire, l’une de ses mains venant se poser contre sa taille, répondant brièvement mais non sans émotion au baiser qu’elle lui offrit alors. Ainsi ne tarda-t-elle pas à laisser sa voix se faire entendre - tandis qu’elle était ici si proche de Dominura et Edan – sa main libre venant caresser tendrement les fins cheveux bruns de ce dernier :

    - Il y a un restaurant français, juste à côté.

    Ceci suffirait sans doute à leur offrir la tranquillité dont ils avaient tous trois tant besoin, n’est-ce pas ? Il s’agissait d’un restaurant relativement bien fréquenté, d’après ce que Ludmila avait pu constater. Personne n’irait les y embêter, de toute évidence. Et puis, le fait qu’il s’agisse de gastronomie française ne pouvait qu’être un nouveau clin d’œil aux origines de la charmante illustratrice, Ludmila souhaitant ici lui faire plaisir, quitte à avoir du mal à apprécier les mets qui lui seraient proposés.

    Adressant un regard brillant de malice et de sensualité à son aimée, la jeune femme laissa finalement ses lèvres venir rejoindre à nouveau les siennes, lui offrant quelques brefs baisers, d’une douceur tendre et complice.

    Ce choix te conviendra-t-il, Trésor ?
    Nous pouvons toujours, aller autre part, tu sais.

    Restons seulement, ensemble. ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ So Easy ♥ [ PV Ludmi ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Easy Rider (1969)
» Monster Rock Party (Montesas, Easy Lazy) - Glazart 14/05
» Easy music for difficult people
» rabbit don't come easy
» Live on Easy Street

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Red & Green ~  :: ~ La Ville de NewYork ~ :: ••• Centre Ville •••-
Sauter vers: