~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Mer 12 Oct 2011 - 21:47

    o♦o♦o o♦o♦o
    - [ CABINET DE LUDMILA ] -

    ~ Le grand jour était enfin arrivé. Ce jour, oui, où Lumila fêterait la pendaison de crémaillère de son tout nouveau cabinet de psychologie et psychothérapie. Le projet, finalement, de la force même de sa créatrice mais également le soutien de la conjointe de cette dernière, avait vu le jour, avec la puissance résonatrice d'une réelle implication. Debout face au miroir de sa salle de bains, la belle française qu'était Dominura finissait de se préparer, après une longue douche bien chaude. Rajustant sa robe chic d'un vert anis intense, l'Illustratrice opta pour un collier d'argent, ainsi que des boucles d'oreilles pendantes, assorties. Se mirant encore quelques instants, la grande femme se maquilla rapidement, passant son superbe rouge à lèvres d'une sombre couleur fuchsia, avant d'étirer ses cils en un mascaras noir intense ainsi que ses yeux grâce à un sensible trait d'eye-liner accommodé. Visiblement satisfaite, haussant les sourcils, elle se détourna pourtant bien rapidement de son reflet, déterminée à ne pas perdre de temps avant de pouvoir rejoindre sa belle, d'ores et déjà partie sur le terrain. Évidemment, Dominura n'avait pas omis leur jeune enfant, Edan, encore bien trop petit pour pouvoir se préparer tout seul, et s'était donc occupée de lui, jusqu'à ce qu'elle puisse se permettre quelques instants en solitaire afin de se mettre à jour de son côté. Pourtant, dès que tout fut terminé, la dame en vert retourna auprès de son fils, le berçant tendrement tout en lui laissant entendre quelques douces paroles, avant de l'installer dans son petit siège à bascule, parfaitement adapté à son confort.

    Bien.
    Tout était parfait.
    Calant une ravissante petite peluche de chat contre son enfant, Dominura lui déposa ensuite un baiser sur le front, murmurant, adorable :


    « On va aller voir le nouveau cabinet de maman, mon chaton ♥ Tu es prêt ? »

    Évidemment, il l'était, tout comme elle d'ailleurs. Edan gratifiant finalement sa mère d'un sourire, suivi d'un adorable rire enfantin, Dominura put passer son manteau, prendre son sac à main et se diriger vers la sortie de l'appartement, la nacelle de son fils en main. En ces instants, la bonne humeur était de mise, d'autant plus que cette petite soirée s'annonçait comme étant des plus légères et enthousiasmantes. En vérité, Ludmila n'avait pas montré le cabinet à sa conjointe, attendant cet événement très particulier pour le lui faire découvrir. Très curieuse, Dominura n'avait évidemment aucun mal à cela, et, justement, le mystère restant entier, elle ne pouvait que s'impatienter d'enfin pouvoir se rendre sur les nouveaux lieux de travail de son aimée.

    Attends-moi, petit chat,
    Attends-nous,
    Bientôt, nous serons réunis,
    Dans ce somptueux projet qui est le tien.

    Cette idée seule suffisant à la grande femme pour se sentir entièrement positive, le trajet parut bien court, jusqu'au centre ville de New-York. Arrivant finalement sur les lieux, Dominura empoigna la nacelle d'Edan – Bien sage, mais également quelque peu endormi – remercia et paya le taxi qui l'avait escortée, puis se rendit jusqu'au magnifique bâtiment où se trouvait le bureau de Ludmila. Entrant tout d'abord grâce à un code que sa conjointe lui avait donné au préalable, la belle française monta par l'ascenseur, puis, une fois devant la grande porte encore close, appuya sur le bouton de la sonnette qui signalerait sa présence.

    Normalement, elle serait la première, le rendez-vous pour les autres invités ayant été fixé pour un peu plus tard dans la soirée, une bonne demi-heure après la rencontre des deux amantes.

    DRIIIIIIIIING
    ~

    Je suis là, mon amour,
    Prête, à découvrir ton univers.
    Surprends-moi,
    Je suis tellement heureuse,
    Que tu aies eu la force
    D'aller jusqu'au bout de tes passions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Jeu 13 Oct 2011 - 17:49

    Le grand jour était arrivé, en effet. Si Dominura pouvait être fière et satisfaite du travail qu’avait effectué sa compagne pour en arriver là, cette dernière – de son côté – mourrait d’angoisse à l’idée de ne pas avoir fait le nécessaire, pour que le lancement de son cabinet privé soit un succès. Peut-être avait-elle oublié quelque chose ? Juridiquement, une telle entreprise demandait beaucoup de formalités, chose à laquelle la jeune psychologue n’avait jamais été habituée. Pourtant, en cette douce soirée de mai, tout semblait être prêt. Les bureaux de ses associés, tout comme le sien, avaient été installés. La salle d’attente, semblait idéale, offrant aux futurs patients une certaine intimité, nécessaire dans ce genre d’environnement. Le hall d’entrée – faisant également office d’accueil – était spacieux et chaleureux, sans toutefois que l’ambiance y soit d’une quelconque manière oppressante d’immensité. Un juste milieu idéal, qui convenait parfaitement à Ludmila, malgré ses craintes. Deux jours plus tard, ce cabinet serait officiellement ouvert.

    Cette soirée était donc simplement destinée à fêter l’évènement, Ludmila ayant bien évidemment invité ses nouveaux collègues – tous excellant dans une spécialité différente – ainsi que d’anciennes connaissances, de l’université, des hôpitaux alentours, mais également de simples amis, ou contacts de Dominura elle-même.

    Un grand buffet avait été installé, partagé entre l’accueil et la salle d’attente.
    On y trouvait évidemment tout le nécessaire d’une soirée réussie, bien que relativement simple.

    Vêtue d’une robe rouge à pois blancs, ses cheveux étant relevés en un chignon relativement simple mais élégant, Ludmila était quant à elle prête depuis déjà quelques heures, s’étant rendue sur les lieux plus tôt dans la journée afin de terminer les préparatifs d’accueil. A présent, il ne restait plus qu’à attendre l’arrivée de sa famille, Dominura et Edan étant censés la rejoindre quelques dizaines de minutes avant l’ouverture officielle. Ainsi, la jeune femme – tremblant malgré elle d’une appréhension inévitable, mêlée d’euphorie – ne fut pas surprise d’entendre sonner à l’entrée, alors même qu’elle venait tout juste de servir une dernière coupe de champagne. Hop, hop. Délaissant le buffet sans attendre, la jeune femme laissa ses hauts talons frapper le sol, et ce jusqu’à rejoindre la grande porte d’entrée du cabinet.

    Un instant, et cette porte fut ouverte, laissant alors à Ludmila le bonheur de voir sa ravissante compagne apparaître sous ses yeux, leur adorable enfant au bras. Laissant un large sourire se dessiner sur ses lèvres, la jeune femme attrapa rapidement le bras de son aimée, l’attirant doucement à elle jusqu’à laisser claquer la porte derrière elle. Tout en prenant soin de ne pas compromettre le bon confort du petit Edan, la jolie blonde attira amoureusement Dominura à elle, sa main libre se posant contre sa joue avant qu’elle ne lui offre un tendre baiser, indiscutablement emporté. A vrai dire, cette soirée était pour elle tout aussi excitante qu’aurait pu l’être un matin de noël pour un enfant. Finalement – son corps tremblant quelque peu tant son cœur battait à tout rompre depuis déjà quelques heures – Ludmila ne tarda pas à laisser entendre, visiblement soulagée de voir sa solitude se briser ici :

    - Mes amours ♥ Enfin !! ~

    Mordillant sa lèvre inférieure suite à cet emportement incontrôlable, Ludmila se détacha finalement bien vite de sa conjointe, se pencha un instant auprès de son enfant afin de déposer un bref baiser sur son front. Ses yeux brillant d’amour et d’attention à leur égard à tous deux, la jeune Russe se redressa pourtant bien vite, faisant quelque pas dans le sens opposé jusqu’à attraper la poussette pliable du petit, qu’elle déplia d’un geste vif, avant de la placer devant Dominura – qui ainsi pourrait se libérer de cette nacelle peu pratique. Tout avait été prévu au préalable, évidemment, pour la visite du petit garçon. Par ailleurs, Ludmila ne manqua pas – une fois son fils installé – d’attirer sa belle dans son cabinet, lui présentant les différentes pièces, jusqu’à arriver à son propre bureau. Surexcitée à l’idée de faire découvrir son nouveau lieu de travail à sa belle – ce dernier n’étant qu’à quelques minutes en taxi de leur appartement – la jeune psychologue la guida finalement dans ce spacieux et chaleureux bureau, qui – à l’arrière – dissimulait une seconde pièce. Durant toute cette visite, la jeune femme ne cessa de parler, ce fait trahissant inévitablement son anxiété passagère : Elle qui ne parlait que peu habituellement, décrivait ici les moindres détails de ces lieux, partagée entre un plaisir pur et jubilatoire, et une appréhension telle qu’elle était à présent proche de la crise cardiaque.

    Clac
    Clac

    Ne sachant visiblement trop que faire de ses mains tandis qu’elle se rapprochait de la petite porte, Ludmila se pencha finalement vers Edan – adorablement calme ce soir – le prenant dans ses bras avant de le couvrir de baisers, sa voix s’adressant cette fois-ci directement à lui :

    - Et voilà ta surprise, petit monstre

    Finalement, Ludmila fit entrer Dominura dans la petite pièce à l’arrière de son bureau, celle-ci pouvant donc y découvrir quelques mètres carrés seulement, dans lesquels étaient logés un petit lit, ainsi que des jouets, que la jeune femme avait ramené de leur appartement – Edan n’en manquant pas, bien évidemment !

    Tentant sans grand succès de se calmer au contact du petit – qui agitait ses bras en gazouillant – Ludmila se tourna finalement vers sa compagne, lui offrant un sourire des plus sincère, avant de se rapprocher d’elle, cherchant visiblement à l’avoir également auprès d’elle, vite. Son regard, s’il traduisait sa joie en cette soirée, trahissait donc également sa peur. Et si, cela ne fonctionnait pas ? Et si, cette soirée était un échec ? J’ai peur, j’ai peur, j’ai peur ! Finalement, sa voix s’éleva à nouveau, la jeune femme justifiant la présence de cette pièce – plus pour dire quelque chose et ne pas angoisser davantage, que par crainte de voir sa belle ne pas le comprendre d’elle-même :

    - J’ai pensé que ce serait plus pratique… Je pourrais le garder avec moi sans problème, au cas où tu ais à t’absenter ! C’est bien, non ? Aahhh, j’ai peuuur !! ~

    Malgré elle, les mots étaient sortis.
    Ludmila n’avait jamais eu, à subir une telle pression.
    Habituellement, elle se laissait porter, confiante.

    Mais ce soir, tout était différent, et sa spontanéité n’en était que plus imposante.

    Heureusement, vous êtes là.
    Je n’y serais pas arrivée sans toi, tu sais.
    Mon Amour.

    Je n’ai pas même eut le temps de te dire,
    A quel point tu es sublime, ce soir. ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Jeu 13 Oct 2011 - 22:00

    ~ Lorsque Ludmila ouvrit la porte de son propre cabinet, la grande femme qu'était Dominura ne put qu'être profondément euphorique, rassurée que sa conjointe n'avait en rien perdu ses moyens, malgré son stress inévitable. Lui souriant sincèrement et tout aussi automatiquement, l'Illustratrice s'engagea dans la pièce, regardant autour d'elle non sans s'émerveiller de la clarté des lieux, très prometteurs. Répondant à Ludmila par un baiser adorable, Dominura ne tarda pas à déposer la nacelle contenant un Edan un peu endormi dans le châssis pliable de la poussette que sa conjointe lui avait ramenée. Ce dernier demeurant bien calme, ses grands yeux se fermant parfois tandis qu'il ne se sentait visiblement pas hostile à son environnement chaleureux, la trentenaire ne vit aucun inconvénients à suivre son aimée à travers les pièces, ses doigts glissant contre l'avant bras d'une Ludmila aussi adorable que fébrile. Avait-elle peur de ce qui l'attendait ? Oh, sans doutes cette petite frayeur n'était-elle que passagère, du moins, Dominura n'en doutait guère. Sérieuse et sensée, la belle Russe ne tarderait sans doutes pas à faire la part des choses, parfaitement capable de s'affirmer dans ses choix.

    La visite fut alors faite, assez rapidement en somme, tandis que la grande femme profitait de chaque recoins du cabinet, non sans que quelques pensées un peu déplacées ne naissent au fond de son esprit, comme une touche de légèreté et de preuve de sa jeunesse qu'elle avait quelque peu délaissée ces derniers temps, bien trop préoccupée par les nouveaux évènements de sa vie de famille. Oh, non, ce n'était pas réellement de la préoccupation négative, mais plutôt de multiples pensées qui s'enlaçaient, se délassaient et s'enchevêtraient dans sa tête, sans réellement lui laisser le temps de s'abandonner à quelques activités plus intimes. Pourtant, rien dans sa relation avec Ludmila n'avait changé : Il restait l'amour, il demeurait le désir, le plaisir, le bonheur pur et simple, la tentation aussi sévère que fourbe. Reprenant le fil de ses pensées, Dominura suivit les pas de la belle blonde, non sans écouter ses multiples commentaires, souriant finalement tout en songeant à un fait très particulier : Son aimée était aujourd'hui bien loquace, comme surexcitée et apeurée à la fois par la création de son cabinet, parlant bien davantage qu'à l'ordinaire. Ne faisant toutefois aucunes remarques à ce sujet face à sa conjointe, Dominura lui répondait, tout en tentant de la rassurer de ses élans eux-mêmes enthousiastes. De toutes façons, que pouvait-il se passer de mal ? Ludmila avait d'ores et déjà, même le cabinet encore fermé, eu des propositions de patients, qui avaient pris leur rendez-vous par avance, sereins quant aux multiples qualités de cette femme de talent.

    Tu n'as rien à craindre, petit chat.
    Au fond, tu le sais, n'est-ce pas ?
    Mais je comprends parfaitement ton angoisse,
    Que je partage, à chaque nouveau projet.
    Nous sommes, des femmes du monde,
    Capables, de faire avancer leurs propres univers,
    Par leur force et leur détermination.

    ~

    Ludmila revenant auprès de la poussette d'Edan, toujours accompagnée de Dominura, cette dernière ne pouvait que démontrer sa bonne humeur, souriant très dignement, regardant toujours autour d'elle alors que sa conjointe prenait leur fils dans ses bras, le couvrant par la suite de milles baisers. Finalement, le repos dans le hall ne fut pas bien long, la belle psychologue entrainant bientôt toute la petite famille dans une pièce arrière de son magnifique bureau... Un lieu exclusivement réservé à leur enfant. Face à ce qui semblait pour elle être comme une surprise, la grande femme ouvrit de grands yeux, souriant de plus belle, tandis qu'elle n'en revenait pas. Joignant ses mains entre elles tandis que son sac à main bringuebalait sur son épaule, elle s'exclama, sans pouvoir se retenir, rayonnante :


    « Oooh, petit chat, c'est absolument magnifique !! »

    Ludmila ajoutant qu'elle avait pensé que tout cela serait sans doutes plus pratique si jamais elle avait un quelconque empêchement pour garder leur fils à la maison durant son temps de travail, Dominura ne put que sourire davantage, acquiesçant alors immédiatement à cette idée, qu'elle trouvait tout simplement fabuleuse. Mais, alors que la parole dépassait elle-même la pensée de la belle blonde, soulignant alors à nouveau sa crainte transcendante, Dominura lui offrit un regard plus doux, se rapprochant d'elle pour lui offrir un baiser rassurant, pourtant bien consciente que cela ne l'aiderait pas forcément à se sentir bien mieux. Puis, se penchant vers Edan lui-même, elle haussa les sourcils, passant sa main fine sur sa petite tête de bébé, ajoutant :

    « Tu as vu Doudou ? Tu as même une chambre dans le cabinet de maman ♥ Elle est belle hein ? Quelle chance tu as ! »

    Embrassant le front de son enfant, elle se redressa par la suite, offrant à nouveau un sourire à la belle blonde, parfaitement en proie à son propre enthousiasme. Malheureusement, cet instant de complicité et de tendresse fut finalement bien court, la sonnette d'entrée du cabinet retentissant à nouveau, contre toute attente, quelques bonnes minutes avant l'heure du rendez-vous collectif. Déjà ? Fronçant quelque peu les sourcils en une moue adorable, Dominura tendit les mains vers Ludmila, proposant alors, tout en inclinant doucement la tête, quelques mèches brunes cascadant avec grâce sur son beau visage fin :

    « Tu veux que je le prenne avec moi ? Tu devrais aller ouvrir à tes invités, petit chat~»

    Esquissant un léger sourire en coin tout en assurant silencieusement à son aimée qu'elle l'accompagnerait bien évidemment jusqu'à l'entrée afin d'accueillir les nouveaux arrivants, Dominura savait se montrer présente pour Ludmila, tout comme cette dernière l'avait été pour elle, tant et tant de fois par le passé.

    Leur couple, était plus fort que jamais,
    Soudé au possible, dans les épreuves comme dans les bénédictions de la vie,
    Ensemble,
    Envers et contre tout,
    A jamais,
    Oui, mon amour.

    L'heure est pour toi arrivée,
    Rayonne,
    J'en rayonnerai tout autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Sam 15 Oct 2011 - 23:48

    Se laissant quelque peu emporter par l’angoisse et l’appréhension quant à cette soirée tant importante à ses yeux, Ludmila avait donc finalement avoué à sa compagne être prise de peur, toute aussi enfantine puisse-t-elle paraître. Fort heureusement pour elle, Dominura eut la présence d’esprit de ne pas la conforter dans ces craintes abusives, lui offrant toute son attention et son réconfort en ce baiser pour le moins rassurant. Laissant un souffle s’échapper d’entre ses fines lèvres rouges suite à cette marque d’affection apaisante, Ludmila vit donc son attention virer de nouveau sur son adorable enfant, son aimée s’adressant à lui afin de commenter de nouveau cette petite chambre qui lui était destinée. Heureuse de voir que Dominura semblait ravie de cette initiative, Ludmila laissa à nouveau son sourire s’offrir au monde, son visage rayonnant de tendresse et d’amour à l’égard de sa charmante famille.

    Laissant à Dominura la liberté d’embrasser leur fils, Ludmila ne manqua pas d’en faire de même, maintenant ce dernier contre elle, d’une habileté qu’elle n’avait pu acquérir que depuis quelques mois – autrefois plus craintive à l’idée de tenir son enfant dans ses bras. Edan grandissait si vite !

    Profitant donc de ces quelques instants de calme et d’intimité avec les deux amours de sa vie, Ludmila se laissa surprendre par le retentissement de la sonnette à l’entrée, ne s’attendant pas à ce que quelqu’un ne vienne les rejoindre si tôt. Son visage se tendant en une expression plus douloureuse – désagréable surprise – Ludmila grimaça un instant, visiblement déçue de ne pas pouvoir profiter davantage de sa compagne et de son fils, seuls. Tentant tant bien que mal de garder son calme malgré tout, la jeune femme laissa échapper un vague soupir angoissé, tout en désespérant de devoir si vite se séparer de son adorable bambin. Dominura proposant justement de le prendre avec elle, Ludmila lui adressa un regard faussement mauvais – un sourire en coin trahissant évidemment son jeu – avant de finalement soulever légèrement Edan face à elle, le regardant dans les yeux d’un air on ne peut plus sérieux, emprunt de ce désespoir volontairement exagéré – pour se détendre elle-même, sans aucun doute :

    - Tu entends ça ? Maman croit que nous ne sommes pas capables d’accueillir nos invités ensemble mon chéri !

    Ses sourcils se haussant en une expression qui ne manqua pas de faire rire le petit, Ludmila lui adressa à son tour un large sourire, le couvrant à nouveau de baisers tout en adressant à sa compagne un regard complice et amoureux. Retrouvant finalement un sérieux plus véritable, la jeune Russe s’emplit de force en une dernière étreinte des plus tendres avec Edan, avant de finalement le confier à sa belle :

    - Allez, je suppose que c’est bien plus raisonnable.


    Faisant une légère moue en laissant son regard se poser à nouveau sur son fils, Ludmila craqua pourtant de nouveau, presque instantanément, en passant l’une de ses mains contre la joue de ce dernier, indéniablement gaga face à lui, pour le coup :

    - Mais c’est si duuur ♥ Tu es tellement craquant ~

    Hum. Bien. Se redressant finalement en une inspiration de self-control, Ludmila laissa sa main glisser de la joue de son fils à celle de son aimée, rapprochant ses lèvres des siennes en un baiser tout aussi bref que sincère et emporté. L’amour, la passion, étaient toujours bien présents. Et si la jeune Russe semblait ici quelque peu surexcitée et hors d’elle-même, on ne pouvait lui reprocher cette vive attention envers sa famille, terriblement accentuée en ces conditions de stresse pur.

    Hop,
    Hop.

    Finalement, tous trois prirent le chemin du hall d’entrée, Ludmila ne tarda pas à accueillir ses premiers invités : Il s’agissait alors de ses collègues, venus plus tôt dans le but de l’aider à terminer les préparatifs. Surprise ! Bien que tout soit d’ores et déjà terminé, Ludmila ne manqua pas d’être agréablement surprise par cette initiative, profitant alors de ces quelques minutes entre eux pour leur présenter comme il se devait son aimée – bien qu’ils ne la connaissent tous, au travers de ses illustrations et interviews – ainsi que leur jeune enfant.

    Une bonne soirée s’annonçait.

    Parvenant finalement peu à peu à retrouver confiance en elle et en son projet, Ludmila se montra en compagnie de ses nouveaux collègues toute aussi sympathique qu’emplie de bon sens, souhaitant avant tout que ces derniers puissent avoir confiance en elle, tout en prenant plaisir à travailler dans son cabinet. Au fond, Ludmila n’avait rien, d’une patronne tyrannique. Elle serait exigeante, mais juste. Elle serait présente, en cas de problème. Ses collègues pouvaient ici le comprendre sans mal, tous semblant relativement satisfaits de leur condition – une telle opportunité étant finalement pour eux une sorte de bénédiction.

    Ne restait plus qu’à attendre, le reste des invités. ~

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Ven 21 Oct 2011 - 16:16

    o♦o♦o

    Si l'oppression et le stress – Car nous ne parlons clairement pas ici d'angoisse, terme qui aurait sans doutes été un peu exagéré compte tenu de la situation – faisait en cet instant clairement partie du mental préoccupé de Ludmila, il n'en était pas réellement de même du côté de Dominura, qui, elle, se plaisait tout particulièrement à profiter de ces délicieux moments en compagnie de sa conjointe ainsi que de son petit garçon à présent éveillé et observateur. Évidemment, l'Illustratrice ne négligeait pas pour autant ses relations avec son aimée, la soutenant dans ce qui semblait pour elle être une épreuve, plus ou moins surmontable, mais une épreuve tout de même. Et si la soirée se passait mal ? Impossible. Elle s'était donné corps et âme pour ce projet, et tout le monde ne pouvait que lui reconnaître cette grande qualité. Jamais la jeune blonde ne faisait les choses à moitié, et ce point précis n'avait pas manqué de participer à sa renommée et à la prononciation respectueuse de son nom dans le domaine de son travail, mais également concernant sa personne toute entière. Dominura, ne pouvait qu'être fière d'avoir pour elle un tel amour, au passé tumultueux mais au présent rayonnant.

    Je ne puis qu'approuver tes récentes décisions, mon amour.
    Sais-tu, à quel point je suis fière de toi ?
    Tout, semble alors s'engager en notre faveur, pour mon plus grand bonheur.
    Je ne me pose plus même les questions, de notre déclin,
    La vie est bien trop courte pour cela, n'est-ce pas ?

    Alors que Ludmila, après quelques expressions purement adorables, laissait son fils entre les bras de sa seconde maman, Dominura ne put que la gratifier d'un sourire doux et complice, amusée à la fois de voir les petits dérapages « gaga » de sa conjointe, qui pouvait parfois s'avérer être une grande enfant... Tout comme elle-même, d'ailleurs, face à cet enfant pour le moins adorable. Par ailleurs, ce dernier, fort heureusement, ne broncha pas le moins du monde durant son transfer, pour le plus grand plaisir de ses parents, fin prêtes à aller ouvrir la porte. Appréciant le bref baiser de Ludmila, Dominura, très sage, n'en demanda pas plus, ses airs euphoriques suivant la belle blonde jusqu'au hall d'entrée du cabinet, la jeune femme en ouvrant la porte afin de faire rentrer ses collègues, arrivés un peu plus tôt afin de proposer leur aide. Évidemment, la surprise fut appréciée par tout le monde, dans un zeste de très bonne humeur qui engageait une soirée pour le moins enthousiasmante. Ouverte et souriante, Dominura salua alors les nouveaux venus, la petite famille présentant très rapidement leur enfant avant de prendre des nouvelles des invités, tout en se portant à la tâche de fin de préparatifs. Ce fut à ce moment là, fort opportun, que la grande femme dût s'éclipser, s'excusant auprès de ses invités et les laissant avec sa conjointe après lui avoir frôlé tendrement le bras du bout des doigts : Je reviens immédiatement.

    Clac Clac Clac Clac Clac

    Toujours d'une bonne humeur exemplaire, la grande femme s'élança alors jusqu'au bureau de son aimée, passant la porte, puis une seconde, jusqu'à regagner la petite chambre exclusivement réservée à Edan et ses deux jolies mamans. Déposant son enfant tendrement dans sa nacelle à présent ornée de quatre roues, Dominura lui offrit maints sourires, se penchant vers lui afin de l'embrasser sur le front tandis qu'Edan riait doucement, ses yeux se fermant quelque peu, soulignant son sommeil, qui arrivait à grands pas.

    Bien. En vérité, la belle Française ne s'était pas défaite de ses invités pour cela, attrapant son téléphone qui venait de vibrer dans la poche de sa robe anis, en mode silencieux. Ouvrant le message qu'il contenait, un rayonnant sourire s'empara de son visage pâle mais maquillé de toute beauté, avant qu'elle ne range son appareil là d'où elle l'avait déplacé, embrassant une dernière fois Edan – Sur le point de s'endormir profondément, exténué par ces balades sans fin - avant de s'élancer, sautillant presque, vers le hall d'entrée, refermant la porte du bureau de Ludmila derrière elle. C'est à ce moment là que...

    DRIIIIIIING~

    La sonnette du cabinet retentit, décrochant un magnifique et euphorique sourire à la grande femme, qui pressa le pas, clamant d'une voix harmonieuse à Ludmila et ses invités du moment :


    « J'y vais~ ! ♥ »

    Ouvrant alors la porte d'entrée d'un grand geste trahissant son impatience, la grande femme put se retrouver nez à nez avec l'auteur du message qui venait de lui être envoyé, ce dernier n'étant alors que...

    « Bernaaaard !! »

    Fondant sur lui, elle lui sauta alors au cou, ses bras enlaçant les larges épaules de son ancien éditeur et présent ami, sans doutes le plus proche et adorable ami de la famille Romley-Ivanov – Ne serait-ce que du côté de Dominura, admettons. L'homme gratifiant son hôtesse d'un grand sourire, ils échangèrent la bise et les convenances, tous deux quelque peu enthousiasmés à l'idée de se revoir. A vrai dire, la grande femme avait été mise au courant de cette visite quelques jours auparavant, Bernard lui annonçant qu'il était sur New-York pour quelques affaires. Elle l'avait elle-même informé de cette pendaison de crémaillère, et, Bernard ayant toujours soutenu les projets des deux jeunes femmes, avait répondu positivement à l'invitation de la charmante Française. Évidemment, Ludmila n'était toujours pas au courant, c'est ainsi que, lorsque le duo se rendit auprès d'elle et de ses invités, ce fut comme une très bonne surprise venue d'un temps passé. L'homme offrit alors ses saluts et un grand sourire à la demoiselle, lui tendant un bouquet de fleurs, en tout amusement, se moquant un peu ainsi des convenances, tout en songeant sincèrement à ses propos :

    « Toutes mes félicitations, Ludmila, c'est grandiose ! »

    Dominura, adorable, visiblement emportée par sa surprise, sautillait presque sur place, se décidant tout de même à converser avec les autres invités.

    Ah, quelle bonne soirée en perspéctive !
    Sans doutes une, comme il n'en était pas arrivé depuis fort longtemps.
    Plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Jeu 22 Déc 2011 - 0:08

    Occupée par la présence de ses collègues au sein de ce tout nouveau lieu de travail, Ludmila laissa finalement Dominura s’occuper seule de leur fils, la belle française le portant bientôt jusqu’à sa chambre. Oh, sans doute ne dormirait-il pas déjà. Par ailleurs, lorsqu’elle vit sa compagne revenir sans leur adorable bambin, Ludmila délaissa quelques secondes la conversation en cours, posant sur elle un regard quelque peu insistant, ses sourcils se fronçant d’un désaccord sans réel importance : Pourquoi l’as-tu emmené loin de nous, Trésor ? Il ne dormira plus cette nuit. Et puis… Et si, nous ne l’entendions pas ? Pourtant bel et bien consciente de se montrer quelque peu trop inquiète au sujet d’Edan, la jeune Russe ne tarda pas à esquisser un léger sourire, prenant sur elle pour ne plus tant se faire de souci. Après tout, il n’y avait aucune raison, pour que les choses en viennent à prendre un mouvais tournant. Tout irait bien. Edan allait bien.

    DRIIIIIIING~

    Tout c’était passé très rapidement. A peine Ludmila eut-elle sourit à sa compagne, que cette dernière s’apprêtait à aller ouvrir la porte. Qui était-ce ? A vrai dire, il devait à présent être l’heure à laquelle les autres invités avaient été conviés. Il pouvait alors s’agir de n’importe qui, chose qui ne manqua pas de faire se resserrer légèrement la boule d’angoisse qui persévérait au niveau du ventre de la jolie blonde.

    Très bien, vas-y.
    Reviens-moi ensuite.

    Bam
    Bam

    D’où pouvait donc provenir cette euphorie, que Ludmila devinait en sa belle ? L’observant d’un très subtile froncement de sourcils – curieuse – la jeune Russe ne manqua pas d’en être un instant amusée et attendrie, se réjouissant de voir son aimée d’une si charmante humeur. Dominura était tellement parfaite, ce soir. Qu’aurait-elle pu demander de plus ? Il n’y avait rien, à ajouter. Et pourtant, la surprise qui attendait là Ludmila ne put que la réjouir davantage, sans qu’elle ne s’y soit attendue ne serait-ce qu’une seule seconde.

    « Bernaaaard !! »

    Bernard ?! Ses lèvres s’entrouvrant très légèrement et ses sourcils se haussant de stupéfaction en voyant l’homme entrer, Ludmila se redressa d’un seul coup, se levant totalement de sa place afin de saluer comme il se devait l’ancien éditeur de sa belle. Mon Dieu, mais que faisait-il là ? Bernard vivant à Londres, la jeune psychologue ne s’était pas un instant attendue à le voir venir leur rendre visite, et ce bien moins encore au cours de cette soirée si spéciale. Passant ses dents sur sa lèvre inférieure en un radieux sourire lorsque Bernard vint la féliciter, Ludmila se retint tout juste de ne pas lui sauter dans les bras à son tour, se contentant ici de refermer ses deux mains sur le bouquet qu’il lui offrait.

    A vrai dire, Ludmila n’en revenait pas, de voir cet homme, ce soir. Lui qui avait tant fait pour Dominura, mais également pour elle. Sans Bernard, la jeune Russe n’aurait pu trouver du travail, ni-même un appartement à New York. Sans lui, il n’y aurait plus de couple, et ce depuis bien longtemps. Sans lui, Edan ne serait pas, et Ludmila aurait sans doute finit par mourir de son rythme de vie, de désespoir et de malheur, des suites de sa séparation forcée. Dominura et elle, n’auraient pu se revoir. Et ce simple fait, suffisait ici à remplir d’émotion la charmante blonde, sincèrement heureuse de revoir cet ami cher à son cœur.

    Libérant et agitant maladroitement l’une de ses mains – étant jusqu’ici restée quelque peu bouche-bée – Ludmila parvint finalement à laisser entendre, tout aussi heureuse que troublée :

    - Merci ! ~ Aaah Bernaard… Ca me fait teeellement plaisir de vous voir !!

    Depuis combien de temps, ne nous sommes-nous pas croisés ? Nos appels téléphoniques ne peuvent remplacer, ces véritables retrouvailles. Je me souviens, de la dernière fois. Nous étions de retour à Londres, pour quelques jours, oui. Deux ans se sont écoulés, et tant d’évènements.

    Finalement, Ludmila ne tarda pas à trouver une place de qualité à cet invité surprise, lui offrant immédiatement une coupe de champagne, ainsi que de quoi grignoter. Gracieuse et sincèrement enjouée, la jeune femme en venait finalement à oublier tout son stress, d’autres invités venant progressivement se joindre à eux. L’entrée et la salle d’attente du cabinet étant à présent assaillies, Ludmila rechercha finalement sa conjointe, la rejoignant d’un pas calme et léger. S’arrêtant face à elle – une coupe de champagne à la main – la charmante blonde laissa ses sourcils se hausser en un regard quelque peu aguicheur, les doigts de sa main libre venant glisser le long du ventre de sa belle, tandis qu’elle lui laissait entendre, amusée, amoureuse :

    - Aurais-je droit à d’autres surprises, mademoiselle Romley ?

    Ses lèvres s’étirant en un adorable sourire en coin, Ludmila se rapprocha très légèrement de sa belle, le bout de son nez venant frôler le sien en une caresse des plus tendres. Malicieuse, la jeune Russe profitait sans aucun doute de cette soirée pour faire renaître au sein de son couple une étincelle de liberté, toutes deux se trouvant bien trop souvent prises par leurs activités professionnelles respective et leur adorable petit garçon. Et si tout se passait à merveille entre elles ces derniers temps, Ludmila n’en était que d’autant plus heureuse et apte à ce genre d’initiatives sensuelles. La contenance, face à toutes ces personnes, plus ou moins connues, plus ou moins importantes, n’était-il pas depuis toujours leur jeu favoris ?

    Edan est-il endormi ?
    Nous ne devrions pas le laisser. Pas maintenant.
    Et si nous allions le voir ?

    Est-ce que, tu m’embrasserais ?



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Jeu 22 Déc 2011 - 23:49

    o♦o♦o

    ~ Alors que l'ex éditeur de Dominura accordait de charmantes – Mais non moins attentives, digne d'un véritable soutien ainsi qu'une sobre mais grande amitié – conversations à Ludmila, l'Illustratrice s'occupait de divertir les autres invités qui avaient eu la gentillesse d'arriver plus tôt afin d'aider leur collègue à préparer la soirée du jour. Évidemment, tout cela s'était déroulé dans une ambiance des plus légères, malgré le sérieux qui ne manquait pas de surplomber cette adorable inauguration de cabinet. Finalement, alors que Bernard - Remerciant Ludmila tout en attrapant sa coupe de champagne – rejoignait le petit groupe afin de les saluer, Dominura elle-même se retrouva, un verre à la main, face à la belle blonde. Pinçant un instant ses lèvres d'un rouge-rosé fuchsia entre elles, elle ne manqua pas de lui offrir un sourire, répondant au sien d'une lueur aussi sensuelle qu'amusée. Eh bien ? Qu'était-ce que ce regard brillant, semblant annoncer le délicieux abandon aux plus charnels des désirs ? Oh, non, sans doutes est-ce que la dessinatrice se faisait-elle quelques films. Ludmila ne pouvait pas, tenter de l'aguicher en ce genre de circonstances. Ou bien... Si ? Justement ? Oserions-nous le dire... Oh, et puis zut. Évidemment, que Ludmila le faisait exprès, et bien entendu, qu'elle lui laissait voir monts et merveilles au fond de ses yeux d'une couleur variant inlassablement vers un ocre charmeur ! Ce n'était pas, d'ailleurs, la première fois. Mais comment osait-elle ? Ainsi ? Non loin de ses invités ?

    Là était tout le jeu.
    Dans chacun de ses traits, dans chaque parcelle des ondes que l'on pouvait percevoir émanant de son corps parfait,
    Dans la moindre note de sa voix si suave et fraiche à la fois,
    Dans le moindre recoin de lueur en ses yeux profonds.
    Il y avait, la sensualité.
    Le désir. Le plaisir. La provocation.

    Baissant un instant le regard en guise de réponse amusée tandis que son sourire s'épanchait sur l'un des coins de sa bouche d'ancienne icône, la grande femme haussa un instant les sourcils avant de reporter ses yeux vert sombre – Mais brillants – sur le visage de son aimée, ne pouvant que répondre en un souffle charmeur et tendrement offensif, son corps tout entier semblant accompagner ses paroles d'un léger mouvement félin :


    « Uniquement si vous le méritez, Mademoiselle Ivanov~ ...Seulement, j'ai cru comprendre que vous délaissiez votre travail de mère, en abandonnant cet enfant avec tant de lâcheté~ »

    En ces phrases, elle avait axé son ton sur chacun des mots, intrigante, théâtrale et envoûtante au possible, tandis que son auto-dérision sonnait aux oreilles comme l'étrange et doux glas d'un jeu perdu d'avance. Comment, seulement pouvait-elle résister aux appels de sa conjointe ? Alors que l'environnement les poussaient encore au jeu du chat et de la souris comme les terribles affres d'un exhibitionnisme inavoué ? Ah, il y avait sans doutes plus grave, oui. Mais alors qu'un rire cristallin se perdait d'entre les lèvres souriantes de l'Illustratrice vêtue de son éternel vert anis, Dominura passa un doigt aux ongles longs et vernis sous le menton se sa belle, s'en rapprochant très sensiblement avant d'en relâcher l'emprise, ajoutant :

    « Peut-être devriez-vous vous occuper de vos invités ? ♥ »

    Minauderies à la Française, dans une langue purement Anglaise, évidemment. De même, cela n'était que provocation, puisque Dominura savait pertinemment que sa chère et tendre ne ferait que bouillonner, prise entre son propre désir et la véracité de ses propos. Mais cette histoire de choix, était justement la source de l'amusement, tandis que, riant bien d'elle-même tout autant que de sa belle, la belle Française tournait les talons, imitant un instant un pas de dandy avant de s'éloigner vers la pièce où s'endormait le petit Edan.

    Ah, mon bel Amour,
    Mon si grand Amour.
    Comment ais-je pu un instant songer
    Que je puis m'être lassée de toi ?
    Notre spontanéité, n'est pas perdue,
    Tandis que je m'emplis de joie à l'idée de te voir t'épanouir,
    Ici, comme avec moi,

    Rejoins-moi,
    Petite fleur,
    Et crois-moi un instant,
    Tu ne leur manqueras pas,
    Autant qu'à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Ludmila W. Ivanov
~ Fameuse Psychologue ~
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 34
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Dim 25 Déc 2011 - 23:50

    Ayant finalement retrouvé son aimée parmi les nombreux invités de la crémaillère de son nouveau cabinet, Ludmila ne manquait donc pas de renouer avec les jeux dangereux qui les liaient autrefois, retrouvant un instant au fond de ses yeux bruns la lueur d’une séduction purement offensive. Que risquaient-elles ? Toute l’Amérique semblait d’ores et déjà connaître leur idylle, n’est-ce pas ? Mais leurs vices, devaient rester discrets. Et si l’exhibition inconsciente qu’engageait ici la jeune Russe ne lui faisait pas craindre de quelconques représailles, en seraient-elles seulement épargnées ? Peut-être y aurait-il quelqu’un, pour photographier, propager des rumeurs, comme bien souvent ? Tout cela ne semblait pas réellement importer, tandis que Ludmila pensait davantage à s’amuser et à profiter de sa ravissante conjointe, qu’à leur fragile image publique.

    Mordillant sa lèvre inférieure d’une malicieuse sensualité lorsque Dominura entra finalement dans son jeu, Ludmila ne manqua pas de répondre aux regards de cette dernière, le sien ne faiblissant pas un instant. Le méritait-elle ? Ses sourcils se haussant en une expression faussement outrée et non moins provocante quant à cette histoire d’abandon, la charmante blonde dévorait malgré tout sa compagne de ses yeux sombres et brillants, frémissant un instant face à l’aura que dégageait cette dernière, en parfaite opposition à la sagesse qu’elles se devaient pourtant de préserver en ces circonstances.

    Mais le jeu, était plus fort que tout.
    Et sous ces théâtralisations flagrantes, leur amour n’en était que plus intense, passionné.
    Envoutée par la beauté de cette femme qu’elle n’avait plus regardée ainsi depuis déjà quelques temps, Ludmila resta finalement muette face à ces fausses accusations, tandis que Dominura – fourbe – passait son doigt sous son menton, lui donnant l’espoir en se rapprochant, avant de faire marche arrière. Frustrée de ne pas goutter un instant à ces lèvres qui soudainement lui semblaient de nouveau devenir la plus précieuse des merveilles du monde, la jolie blonde sentie ses sourcils frémir un instant, son cœur s’élançant en une danse qui ne lui était pas tout à fait inconnue. Allait-elle réellement s’occuper de ses invités, comme le lui indiquait Dominura ? Impossible, du moins pour l’instant.

    Clac
    Clac

    Terminant d’une traite sa coupe de champagne, Ludmila laissa son regard filer sur le corps sublime de sa belle, cette dernière n’ayant rien perdu de ses charmes des suites de sa grossesse. Incroyable. Bouillonnant intérieurement de ne pouvoir la rejoindre sur le champ – par respect vis-à-vis de ses invités – la jeune Russe se fit quelques instants harponner par l’une de ses nouvelles collègues, sa coupe se retrouvant bien vite remplie de nouveau. Refuser ayant sous doute été plus raisonnable, la jeune femme sentie bientôt la chaleur de cet alcool pourtant si doux et pétillant lui monter aux joues, son cœur quant à lui ne cessant de battre pour Dominura, l’appelant à elle sans grand succès.

    Que faisait-elle ? Edan s’était-il endormi ? Il était trop tôt.
    Comment cesser de songer, à ce désir omniprésent, incessant ?

    Reviens-moi.
    Mon Amour. ♥

    Ne laissant rien paraître de son excitation intérieure à ses invités – sachant parfaitement se maîtriser lorsque cela était nécessaire – Ludmila parvint finalement à se libérer de la conversation en cours, s’échappant ainsi à pas feutrés en direction de son propre bureau, menant donc à la petite chambre emménagée pour son fils. A vrai dire, cette courte séparation ne put finalement qu’accentuer davantage le désir de la charmante Russe, cette dernière jubilant ainsi d’autant plus de pouvoir retrouver la femme qu’elle aimait, et ce bien que la présence de leur adorable petit garçon ne compromette un tant soit peu ses plans, inconscients.

    Pénétrant donc à son tour dans la minuscule pièce réservée à Edan, Ludmila découvrit ce dernier dans les bras de sa mère biologique, non sans leur adresser à tous deux un tendre sourire. Bien qu’encore terriblement avide de ces jeux sensuels avec sa compagne – ce qui n’était pas donc pas arrivé depuis fort longtemps – la jeune Russe n’en était pas moins folle de cet adorable enfant, lui accordant davantage d’importance que ce qu’elle ne pourrait seulement oser se permettre quant à ses propres désirs. Passant un instant ses dents contre sa lèvre inférieure, la jeune femme fondit sans attendre sur les amours de sa vie, laissant entendre quelques paroles et cris typiques de l’attendrissement exacerbé, tout en lançant à Dominura un regard amoureusement entendu : Je n’en ai pas fini avec toi, Trésor. ♥

    Dévorant son fils de baisers tandis que ce dernier riait – bien que visiblement fatiguée - dans les bras de l’illustratrice, la jolie blonde se redressa quelques instants plus tard seulement, laissant un vague soupir de bienêtre l’envahir, ses lèvres s’étendant en un sourire des plus sincères. Délaissant Edan pour l’instant, Ludmila glissa finalement derrière son aimée, la frôlant seulement de son corps fin, avant que ses mains ne viennent s’appuyer contre ses hanches, descendant doucement. Son visage se rapprochant sensiblement de l’oreille de Dominura – toujours derrière elle, profitant donc qu’elle tienne dans ses bras leur fils – la jeune psychologue laissa finalement entendre quelques paroles murmurées, sa voix se faisant volontairement mais spontanément sensuelle, appuyée davantage sur un sens qui n’avait clairement rien à voir avec les fond de ces quelques mots :

    - Peut-être devrions-nous aller présenter Edan à Bernard ?


    Son bassin venant frôler subtilement sa conjointe, Ludmila laissa glisser en une pression légère mais entendue ses doigts contre le haut des cuisses de cette dernières, ajoutant en un chuchotement plus discret encore, soucieuse de ne pas mêler un seul instant leur pauvre enfant à ces jeux d’adulte auxquels ils ne devaient pas assister, aussi petit et inconscient soit-il :

    - Votre fils pourra ensuite s'endormir dans sa nouvelle petite chambre..., et vous… ~


    Laissant un léger souffle amusé se glisser au creux de l’oreille de sa belle, Ludmila referma l’une de ses mains contre la robe de Dominura afin de la faire dangereusement glisser contre la douceur de sa cuisse, puis se détacha finalement d’elle en un regard brillant d’un amour passionnel, mordillant sa lèvre inférieure d’une impatience palpable.

    Combien de temps, avant de pouvoir goûter à tes lèvres, mon Amour ?
    Combien de temps, pour que leur douceur, ne me pousse davantage vers d’amers frustrations ?
    Jouons encore. Le temps nous est offert. Ce soir, nous serons jeunes et insouciantes – De nouveaux.

    As-tu un instant songé, que je puisse me lasser de toi ?
    Peut-être me suis-je seulement lassée de nous, aveugle et fière.
    Ne perdons pas cette lueur si précieuse, particulière.
    Ne me laisses pas oublier, qui tu es.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominura Romley
~ Illustratrice Renomée ~
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : ~ Appartement ~

MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   Lun 26 Déc 2011 - 1:43

    o♦o♦o


    ~ La sagesse. Mais qu'était-ce que la sagesse, exactement, alors que ces deux jeunes femmes, d'ordinaire si sérieuses, se retrouvaient à braver les interdits idéaux pour une source de plaisir qui leur était propre ? Pouvait-on seulement dire, qu'elles n'étaient pas raisonnables ? Oh, personne n'en mourrait, cela était certain. Et pourtant... Pourtant, oui, les invités de Ludmila étaient toujours présent dans ce qui était le cabinet de la belle blonde, et, qui plus est, leur fils partageait également leur présence en ces lieux. Pouvaient-elles alors vraiment se permettre de mettre de côté leur sobriété pour s'abandonner ensuite à leurs désirs ainsi que leurs étranges jeux de provocation et d'amour ? Sans doutes est-ce que personne, à part elles, ne serait en mesure de le dire ou ne serait-ce que d'essayer de l'analyser. Tout cela, se passait entre elles. Et, pour le moment et jusqu'à preuve du contraire, personne ne serait alors au courant ; C'est ce qui était, vraisemblablement, le plus excitant. Alors que Ludmila frémissait en un sourire personnel qui ne manquait pas de faire frissonner la belle Française, Dominura continuait alors dans sa lancée, haussant doucement ses sourcils bruns, par pure provocation bien évidemment. Tout, n'était que jeu. Jeu d'attirances, de répulsions, d'agacements, de passions. Un jeu d'amour, de désir, mais tout autant de frustrations, car c'était également cela, qui donnait un peu de dynamisme propre à la situation.

    La frustration. Et si Dominura n'était pas réellement le genre de femmes à aimer la frustration en temps normal – Comprenez le bien, elle qui était toujours après son travail, ne pouvait jusqu'alors supporter la moindre frustration dans sa vie... Sans doutes à cause de son caractère quelque peu emporté – tout était différent en compagnie de Ludmila. Oui, tout était différent, car dans ce jeu si bien mené, dans cette valse de maitresse et de sujet, dans cette danse où les rôles pouvaient s'échanger à la manière des clinquants costumes de scène, l'une comme l'autre pouvait savoir qu'un moment viendrait où cette frustration s'envolerait au profit du meilleur des ressentis possibles.

    Bam Bam Bam Bam Bam

    Le cœur battant à tout rompre – Sans doutes bien plus que de raison, Dominura se rendant compte à présent du temps passé sans s'être livrée à ce genre de libertés contrôlées – la grande femme pinça ses lèvres maquillées entre elles, son sourire rayonnant mais tout aussi fourbe passant contre le visage de Ludmila tandis que cette dernière, vive et brillante, ne manquait pas de le lui rendre. Finalement, son départ provocant eut raison de leur petit jeu quelques instants, la séparation ne laissant pourtant pas le temps à Dominura d'oublier tout ce qui s'était alors éveillé en elle vis à vis de sa sublime conjointe. Ludmila étant retournée auprès de ses invités comme Dominura l'avait laissé entendre par pur amusement, l'Illustratrice, de son côté, avait rejoint le bureau de sa belle, se rapprochant de son fils avant de le prendre dans ses bras, un rayonnant sourire aux lèvres tandis qu'il ouvrait grand les yeux.


    « OoohHhh~ Mais regardez-moi qui es là. Dis-donc, je t'ai laissé tout seul ? Tu ne t'es pas ennuyé mon loulou ? »

    Le couvrant de baisers, la grande femme eut tôt fait de laisser filer le temps, son enfant riant dans ses bras tout en essayant d'attraper maladroitement quelques mèches de ses cheveux bruns à l'aide de ses mains miniatures qui n'y parvenait pourtant pas. Finalement, la belle Russe fit son apparition dans la petite pièce, non sans que ce fait ne fasse frissonner sa conjointe, cette dernière ne délaissant pourtant pas son fils pour autant. Tenant toujours Edan dans les bras, Dominura ne put pourtant que profiter de l'humeur maternelle et amoureuse de Ludmila, en cet instant, tandis qu'elle venait recouvrir le petit garçon de baisers et d'onomatopées enthousiastes. A vrai dire, il était bon, de se retrouver ainsi, un peu en dehors du quotidien, en famille, en couple. Pour l'Illustratrice, cela était d'une importance capitale, tandis qu'elle en avait presque oublié le plaisir, finalement lassée de sa vie tout comme de son duo amoureux. A présent, tout lui revenait, comme un présent inestimable, et, alors que Ludmila passait derrière elle, embrassant sa nuque tout en lui frôlant le corps du sien, terriblement sensuelle et provocante malgré tout le contrôle qu'elle s'imposait face à leur jeune fils, Dominura ne put réprimer un frisson, en parfaite adéquation avec ses plus profonds désirs.

    Oh, bien entendu, il était toujours difficile de se dire qu'elle délaisserait son fils pour son amour, un peu à la manière d'une mère ingrate. Mais l'était-elle réellement ? Pas le moins du monde. Et puis, ce genre d'occasions étaient aussi rares que précieuses, à ne surtout pas négliger, pour la survie d'un couple. Alors, elle y répondit, d'un souffle amusé et semi-retenu, tandis que Ludmila laissait comprendre monts et merveilles suite à la présentation d'Edan à Bernard – Entre autres. Se retournant vers sa conjointe, lui offrant un sourire calme mais entendu alors qu'elle haussait doucement – Non sans un certain regard sensuel qu'elle maitrisait à la perfection – ses sourcils bruns, elle laissa entendre sa voix :


    « Vos idées ne pourraient que m'enchanter, mademoiselle~ »

    Esquissant un léger sourire en coin, la grande femme engagea donc le pas afin de regagner les invités en compagnie de son petit garçon ainsi que de la belle Ludmila. Les présentations, évidemment, furent faites en bonnes grâces et milles bénédictions, avant que le couple ne puisse finalement coucher l'enfant dans la petite chambre qui lui était adorablement réservée. Les séparations, évidemment, ne furent pas des plus simples, mais la grande femme n'en avait pourtant pas oublié ses multiples frissons, se hâtant de rejoindre sa belle dans son bureau – Où les invités n'avaient pas accès – et passant ses mains autour de sa nuque, se rapprochant dangereusement d'elle en un mouvement félin et sensuel, ne la quittant plus des yeux.

    Vois-tu, cette flamme au fond de mon regard ?
    Je croyais pourtant, l'avoir oubliée,
    Alors que tu es belle, si belle, ma petite fleur.
    Embrasse-moi,
    Embrasse-moi seulement,
    Et je serai bienheureuse,
    De te rendre ce doux plaisir~
    Tentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://calicot.creations.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Oh, Ma'am ! Don't be so Selfish. ♦ [ PV Ludmi ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» selfish asshole (tommy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Red & Green ~  :: ~ La Ville de NewYork ~ :: ••• Centre Ville •••-
Sauter vers: